Retour
Menu utilisateur
Menu

[81] notre construction, du rêve a la désillusion

Récit de construction de misereduneuf - 19 messages - Affiché 413 fois

Présentation du projet :


Bonjour à tous et merci à ceux qui liront notre périple, jevous préviens il y a matière.
J’ai longtemps hésité à écrire notre histoire, qui n’est pasfinie car je ne voulais déjà pas vraiment étaler nos problèmes et aussi quenous sommes en procédure judiciaire.
Mais après 3 ans de galères, je n’ai plus peur de faireconnaitre notre situation et par quoi nous sommes passés. En espérant surtoutque cela servira à d’autres et leur évitera les mêmes galères que nous.

Picto list Sommaire du récit :

Picto list Photos du récit :

Option de lecture :

Le récit de la construction :

Option de lecture :
 
Super photographe Env. 200 message Haute Garonne
Pourriez vous nous en dire plus ?
Picto recompense Super photographe
Messages : Env. 200
Dept : Haute Garonne
Ancienneté : + de 5 ans
 
Membre utile Env. 2000 message Somewhere Autour De Toulouse (31)
Bonjour,
1 message, une photo qui ne montre rien et un avis bien tranché. Et sinon on pourrait savoir pourquoi une telle désillusion ?.

Moi je vais te parler de mon 1er achat immo (véridique).

J'ai acheté dans l'ancien, une maison qui avait 8 ans. Elle était sympa, pratique et récente. Malheureusement au fur et a mesure qu'on y habitait, (ma femme et moi), on allait de désillusion en désillusion, en se rendant compte comment elle avait été faite, et on se demandait si elle passerait les 20 ans sans devenir "insalubre".
Je me suis dit que si c'était à refaire, je ferais construire............. voilà la suite sur mes récits Sleep
En tout cas curieux d'en savoir plus.

++
Maison vendue depuis juin 2018.
Nouveau projet en cours...

prie dieu, mais continue de nager vers le rivage (proverbe russe)
Picto recompense Membre utile
Messages : Env. 2000
De : Somewhere Autour De Toulouse (31)
Ancienneté : + de 9 ans
 
misereduneuf Picto info Auteur du sujet
Super bloggeur Env. 20 message Gaillac (81)
warstup 

oui je comprends votre réaction, il est vrais que cela parait brut et sans argumentation, je vous le concède. La raison est que je n'ai encore pas rédigé le récit de la construction.

C'est en cours, et il y a quelques pages pour tout vous dire mai je n'ai pas eu le temps de le faire lors de la construction et il est difficile pour moi de le raconter sans avoir la boule au ventre car nous n'en sommes toujours pas sortis et qu'en plus nous sommes en procès avec le Maitre d'œuvre et une partie des entreprises. 

J'ai donc quelques inquiétudes et réticences a rédiger notre histoire sur le net car je n'aimerais pas que cela nous porte préjudice alors que nous avons déjà beaucoup de peine et d'embarras.

Et en même temps j'ai vraiment envie de partager notre histoire pour qu'elle serve à d'autres familles qui pourraient éventuellement se retrouver dans notre situation...

juste pour info, la photo présente est une photo que j'ai postée dans le forum pour avoir un avis sur la mise en œuvre du linteau de notre baie vitrée qui fait pas loin de 4 mètres de long et qui est ciblé dans l'un des problèmes de la construction que nous avons aujourd'hui. Faut est de voir qu'il n'y a pas beaucoup de professionnels sur le forum ou que mon sujet n'intéresse pas.
Picto recompense Super bloggeur
Messages : Env. 20
De : Gaillac (81)
Ancienneté : + de 9 mois
 
Membre super utile Env. 6000 message Gard
Bonjour, dessoler pour vous, mais il y a beaucoup de professionnel de la construction ici, et à voir le peut ( pour ne pas dire aucunes ) informations que vous donnez, je dirais que la 1er personne qui n'est pas intéressée par votre sujet, c'est bien vous
ce sont souvent des petits détails qui font la différence entre du bon et du mauvais travail
Picto recompense Membre super utile
Messages : Env. 6000
Dept : Gard
Ancienneté : + de 3 ans
Article

« 1/ RENCONTRE AVEC LE MAITRE D’ŒUVRE ET SIGNATURE DU CONTRAT »

Préparation > Choix du constructeur Par misereduneuf le 12/08/2020 à 18h33
Nous avons fait construire en 2017/2018 à Gaillac une maison de 121m² avec un garage non attenant.
 
A la base nous souhaitions acheter de l’ancien à retaper et finalement, les incitations fiscales notament le prêt à taux zero nous ont plutôt orienté vers de la construction neuve, plus intéressante financièrement. Ma compagne voyait aussi un autre intérêt dans le neuf, celui de ne pas vivre dans les travaux et que la construction soit faite par des professionnels censés connaitre leur metier.
 
Nous avons donc rencontré pas mal de constructeurs et de maitres d’œuvres.
 
De fil en aiguille, les arguments des uns et des autres nous ont plus ou moins convaincus, nous avions finalement opté pour une enseigne nationale (celia creation) qui nous proposait une maison sur plans suivant nos attentes avec un prix certes un peu plus élevé qu’une maison catalogue mais dans le budget.
 
Nous avons ensuite trouvé un terrain et signé le compromis.
 
Puis nous avons perdu le contact avec le technico commerciale de Celia qui a fini par nous recontacter au bout de deux semaines nous disant qu’il quittait l’entreprise et qu’il montait une entreprise de maitrise d’œuvre avec un confrère.
 
Il nous indique alors qu’il serait en mesure de nous proposer un chiffrage et un contrat de maitrise d’œuvre dans le cadre de la réalisation de notre maison.
 
Nous avons alors accepté car nous étions en confiance avec cette personne et qu’il connaissait déjà bien nos attentes sur le projet. C’était fin 2015, début 2016.
 
Nous avons finalement été emballé par la proposition qui nous a été faite. Le relationnel avec la personne qui avait repris notre dossier chez Celia ne passant pas du tout.
 
Nous étions un peu inquiets par le fait que l’entreprise était naissante mais le discours commercial était très rassurant, ils nous avaient dit que c’était la première maison qu’ils allaient réaliser et qu’ils mettraient tout en œuvre pour la faire parfaitement bien.
 
Ils nous avaient dit qu’ils souhaitaient faire des visites pour les prochains clients et qu’ils n’avaient donc aucune raison de ne pas aller au bout et qu’ils allaient tout faire pour réussir cette première.
 
Les deux dirigeants nous ont venté un nombre de mérite important qu’il y avait dans le contrat de maitrise d’œuvre comparé au contrat de construction de maison individuel et que l’entreprise était dans une démarche de satisfaction client et de transparence totale.
 
ils nous ont notament convaincu en nous disant :
 
- Que l’entreprise n’avait que les intérêts de son client pour motivations, puisqu’il n’a de lien contractuel qu’avec ce dernier,
 
- qu’ils s’occupaient de tout,
 
- que nous pouvions visiter le logement quand bon nous semblait et que nous pouvions intervenir pour réaliser des travaux pendant la construction, (pose de la cuisine, des dressings et étagères, la pose du parquet …)
 
- que nous n’avions à payer les entreprises intervenantes qu’à la fin de chacun des lots et seulement après la réception de chacun des lots,
 
- que chaque clôture de lot devait se faire avec un PV de réception que le maitre d’œuvre s’engagerait à nous présenter,
 
- que l’entreprise se plaçait sur du milieu de gamme même sur du milieu/haut,
 
- qu’ils favorisaient au maximum les matériaux, les artisans et entreprises locales favorisant ainsi le développement de l’économie locale, un argument qu’ils mettaient en avant et qu’ils opposaient à leurs concurrents et anciennes entreprises dans lesquelles ils avaient exercé.
 
- qu’ils avaient déjà un grand nombre d’artisans et d’entreprises de qualité en relation puisqu’ils travaillaient avec certaines d’entre elles avant de créer l’entreprise (je me souviendrais toujours que le maitre d’œuvre nous soutenait que le plaquiste était un super « plâtrier » et pas un vulgaire « plaquiste »)
 
- Que les deux créateurs de l’entreprise accumulaient à eux deux pas loin de 30ans d’expérience dans le domaine
 
- Qu’il y avait une transparence des prix avec les intervenants contrairement au CCMI ou tout est opaque
 
- Qu’un planning de chantier serait réalisé après la signature du contrat mais qu’en générale, une maison de la taille de notre projet durerait environs un an sur le papier mais que bien souvent la remise des clefs avait lieux avant la date contractuelle.
 
Un discours commercial bien rodé et qui nous a complètement emballé. Nous avons signé le contrat de maitrise d’œuvre fin mai 2016.
 
Nous avions beaucoup d’interrogations, comme beaucoup de gens lors de leur premier projet probablement. Nous avons essayé d’être le plus sérieux possible dans la signature des éléments du marché (contrat, devis …) mais n’ayant pas d’expérience dans le domaine et face au nombre important de documents à signer et d’éléments a traiter pour commencer le projet, nous n’avons probablement pas été assez vigilant et critique avant de nous engager pleinement.
 
Nous nous étions aussi faits à l’idée que nous faisions appel à un Maitre d’œuvre et des entreprises qui étaient censé être des bons professionnels. Nous étions persuadés que le Maitre d’œuvre que nous avions missionné pour mener notre projet bien allait défendre nos intérêts dans la réalisation de celui-ci.
 
Il n’y a qu’une seule chose que le maitre d’œuvre nous a interdit, celui de donner des directives directement aux artisans sans en avertir au préalable le Maitre d’œuvre. Ce dernier ayant une mission complète de maitrise d’œuvre et qu’il était le seul interlocuteur.
Picto recompense Super bloggeur
Messages : Env. 20
De : Gaillac (81)
Ancienneté : + de 9 mois
Article

« 2/ DÉMARRAGE DU PROJET »

Préparation > Permis de construire Par misereduneuf le 12/08/2020 à 18h35
Nous avons alors réalisé l’étude de sol qui a montré qu’il fallait creuser des pieux à environs 6 mètres. Le Maitre d’œuvre avait prévu 4500 € de fondations supplémentaires au cas où.
 
Seulement le forage et la mise en place de pieux a cette profondeur coutait pas loin de 10 000 € supplémentaires.
 
Nous avions contacté la banque mais 10 000 € en plus ça ne passait pas notament sur le fait qu’il aurait fallu refaire un dossier complet. Nous avons alors trouvé un compromis, la banque a repris le dossier en prenant un peu plus sur notre apport et le maitre d’œuvre nous a proposé une remise commerciale de 1739€ sur ces honoraire pour pouvoir rester dans l’enveloppe budgétaire.
 
Après la signature à la banque, nous avons fait l’acquisition du terrain et nous avons signé le permis de construire.
 
Le bornage de la maison à été effectué le 24/01/17 et le premier coup de pelle sur le terrain date de mi février 2017 (décapage des terres).
 
L’ouverture de chantier date du 29/03/17, et c’est le maitre d’œuvre qui nous a fournis le document, nous souhaitions qu’ils indiquent la date du premier coup de pelle mais ils n’ont pas voulu car ça leur laissait plus de temps pour réaliser les travaux.
 
 
Picto recompense Super bloggeur
Messages : Env. 20
De : Gaillac (81)
Ancienneté : + de 9 mois
Article

« 3/ DÉROULEMENT DU CHANTIER »

Gros oeuvre > Fondations - vide sanitaire - dalle Par misereduneuf le 12/08/2020 à 18h45
Puis le chantier a réellement commencé, il y a eu le forage des pieux, le coulage des pieux, et la mise en œuvre des fondations… et les premiers ennuis ont pointés le bout de leurs nez.
 
 
-         Altimétrie entre le garage et la maison
 
La première bourde a été faite sur la mise en œuvre du garage, le maçon n'a pas suivis les plans et a réalisé le sol du garage à environs 50 cm plus bas que la maison a défaut des 20cm prévus sur les plans.
 
La différence m'avait interpelée et j'en avait fait part au maitre d'œuvre, nous nous sommes rencontrés alors sur le chantier, le maçon était en train de finir le ferraillage pour couler la dalle.
 
J'ai dit au maitre d’œuvre et au professionnel que ce n'était pas ce que nous avions prévus, le maçon a lancé un : « je ne peux pas refaire, il faudrait remonter d'un rang de parpaings et la toupie arrive demain". Le Maitre d'œuvre de son côté a essayé de minimiser la différence et les professionnels n'ont finalement pas accédé à notre requête, nous avons été contraints de laisser faire. Aujourd’hui, au-delà du fait que les plans ne correspondent pas à la réalité, cela m’oblige à adapter tout le terrassement et les différents accès alors que nous espérions profiter des pentes douces naturelles du terrain.
 
 
-         Couleur des tuiles
 
Une autre bourde a été la mise en œuvre des tuiles qui ne sont pas de la même couleur que celles demandées, certes une couleur qui s'en rapproche mais pas la couleur indiquée sur le permis de construire (nous étions soumis à l'accord des bâtiments de France qui plus est).
 
Ecore une fois, c'est nous qui nous nous en sommes rendu compte et nous avons demandé à au maitre d’oeuvre une audience sur le chantier. Là encore, nous lui avons dit que nous n'étions pas d'accord. Il avait le regard dans les baskets et m'a dit en gros que ça ne l'arrangeait pas de devoir tout faire démonter et que cela aurait un impact sur la date de livraison.
 
Nous lui avons alors répondu que la couleur pouvait encore être acceptable mais que nous craignions pour la conformité au permis de construire. Il nous a retorqué que quoi qu'il arrive, s'il y avait un problème avec la Mairie, le Maitre d'Œuvre en serait le seul responsable…
 
Nous avions compris qu'encore une fois nous n'aurions pas gain de cause. Mais pour le coup, ayant un très gros doute sur les responsabilités, je lui ai envoyé un mail en lui disant que nous serions à même d'accepter les tuiles mais qu'il fallait mettre en conformité le permis de construire. Ce qu'il ne fera pas.
 
 
 
-         Mise en œuvre des briques des murs périphériques
 
Ce qui m'a définitivement fait comprendre que le maitre d’œuvre n’était soit pas à la hauteur techniquement ou de mauvaise foi, c’est dans la mise en œuvre des briques des murs extérieurs. Le maçon avait laissé des jours entre les blocs, parfois de plus d’un centimètre.
 
J’avais su, par quelqu’un qui connaissait le DTU des éléments de maçonnerie, que pour les joints verticaux, la tolérance maxi de l’écart était de 2mm, au-delà de cet écart, il fallait reboucher au mortier.
 
Le maître d’œuvre, dans un aplomb déconcertant, m’a alors lancé « ne vous inquiéter pas c’est normal, il est parfois difficile d’emboiter correctement les briques qui ont des défauts de fabrication, le crépit est là pour faire l’étanchéité à l’eau et à l’air… ».
 
Nous avons alors demandé à faire intervenir le fournisseur qui est venu voir et a indiqué au maitre d’œuvre qu’il fallait reboucher. Les plus grosses ouvertures ont été traitées par le maçon mais malheureusement pas toutes.


rebouchage partiel des jours

rebouchage partiel des jours


 rebouchage partiel des jours


rebouchage partiel des jours

rebouchage partiel des jours
Picto recompense Super bloggeur
Messages : Env. 20
De : Gaillac (81)
Ancienneté : + de 9 mois
Article

« 3/ DÉROULEMENT DU CHANTIER »

Second oeuvre > Cloisons - portes intérieures Par misereduneuf le 12/08/2020 à 19h12
-         Mise en œuvre des plâtreries
 
J’ai eu aussi pas mal de problèmes avec le plaquiste. Nous avions indiqué au maitre d’oeuvre (étant inquiets après tout ce qui c’était déjà passé) qu’il fallait que le plaquiste respecte bien les plans (non Môsieur c’est pas un plaquiste, c’est un plâtrier).
 
Il a alors demandé au plaquiste de tracer les cloisons au sol (c’était juste avant que le plaquiste parte en congés) et il m’a demandé de vérifier les traçages… moi-même…
 
J’ai accepté de faire une vérification mais en répondant que ce n’était pas mon travail, j’ai bien évidement trouvé des écarts avec les plans… Et même avec ça, le plaquiste a trouvé le moyen de se planter sur l’implantation d’une porte et sur la largeur de l’implantation du bac à douche de la chambre parentale.
 
Je ne parle même pas de la mise en œuvre des placos et des bandes de finition, même avec un ponçage soigné avec un très bon professionnel que je connais bien, on voit une grande partie des raccords des plaques.

Nous avons eu d’ailleurs un gros point de désaccord avec le maitre d’œuvre sur la mise en œuvre des cloisons hydrofuges dans la salle de bain, le plaquiste avait fait du rafistolage en mettant pas loin de 4 chutes en dessous de la fenêtre. Il m’avait ouvertement dit qu’il n’avait pas assez de plaque et qu’il n’avait pas le temps d’aller en chercher une autre. Malgré que l’on ai monté le ton, rien n’a été repris…
 mise en oeuvre du placo

mise en oeuvre du placo

mise en oeuvre du placo
mise en oeuvre du placo


Edité 1 fois, la dernière fois il y a +1 mois.
Picto recompense Super bloggeur
Messages : Env. 20
De : Gaillac (81)
Ancienneté : + de 9 mois
Article

« 3/ DÉROULEMENT DU CHANTIER »

Second oeuvre > Menuiserie Par misereduneuf le 12/08/2020 à 19h26
-         Baie vitrée de 4 metres, volet roulant et linteau
 
Le seul élément que le maitre d’œuvre à fait reprendre est le volet roulant de la baie vitrée de 4 mètres qui avait fléchis (à notre détection).
 
Sauf que même cette action qui aurait pu être un bon point n’a pas été bien gérée. Nous avons dû contacter le constructeur du volet nous même pour nous assurer que le volet (qui avait été déposé par le titulaire du lot) pouvait être remis en place dans l’état.
 
Le volet avait été stocké ouvert, dehors sous la pluie, avec les moteurs exposés aux intempéries pendant pas loin de 7 mois. Le constructeur nous avait formellement conseillé de ne pas accepter car il y avait un risque de dysfonctionnement suite a ce stockage pas adapté.

 
La pose du nouveau volet nous a été facturée 1140€ et le maitre d’œuvre nous avait dit qu’il devait être pris en charge par le maitre d’œuvre sur ces honoraires sous forme de moins-value et parce qu’il ne pouvait pas, lui-même, commander des prestations en directe auprès des entreprises intervenantes sur notre chantier.
 
L’histoire à durée 7 mois. Nous ne le savions pas à l’époque mais le cintre du caisson du volet cachait une réalité bien plus grave, celle de l’absence de linteau.

premier volet roulant cintré

premier volet roulant cintré

Picto recompense Super bloggeur
Messages : Env. 20
De : Gaillac (81)
Ancienneté : + de 9 mois
Article

« 3/ DÉROULEMENT DU CHANTIER »

Second oeuvre > Autres Par misereduneuf le 12/08/2020 à 19h34
Je vous passe tous les autres éléments qui sont bien moins grave mais nombreux car sinon je pourrais écrire un roman.

en passant par la propreté du chantier, les éclaboussures partout sur les murs de la chape liquide, de la mousse polyuréthane sur plusieurs menuiseries...

 
Comme je l’ai déjà indiqué, le maitre d’œuvre nous avait formellement interdit de faire intervenir ou de modifier les interventions des entreprises sans l’en aviser et sans son accord.
 
Nous nous sommes efforcé de suivre scrupuleusement cette consigne à la lettre et avons toujours fait dans ce sens mais malheureusement nous nous sommes rendu compte au fur et à mesure que le chantier avançait que le M.O ne tenait pas ses engagements et qu’il a joué avec cette directive pour ne pas faire rectifier des travaux mal fait ou tout simplement des choses qui ne nous plaisait pas.
 
Nous avons donc fait remonter beaucoup de problèmes de mise en œuvre car le M.O ne les remarquait visiblement pas. Pire, beaucoup des éléments remontés n’étaient pas repris, le M.O ne faisant pas rectifier aux intervenants.
 
Nous nous sommes vite rendu compte que les deux dirigeants de l’entreprise de maitrise d’œuvre ne favorisaient quasiment pas l’écrit. Ils nous disaient beaucoup de choses verbalement qu’ils remettaient souvent en cause quelques temps après allant même jusqu’à nous imputer des dires que nous n’avions jamais établis.
 
C’est quand nous nous en sommes aperçu que nous avons commencé à écrire nos échanges par mails afin d’éviter que ce genre de situation ne se répète. Les paroles s’envolent, les écrits restent.
 
Nous avons aussi réclamé plusieurs fois un planning qui ne nous a jamais été donné. A chaque demande, une réponse peu précise (exemple : c’est prévus semaine prochaine voir semaine d’après suivant le retour de l’artisan). Jamais de date précise. Nous avons relancé tout au long du chantier pour connaitre les interventions des artisans, alors que le MO nous avait annoncé avant la signature qu’un planning nous serait fournis.
 
Pareil pour les réunions de chantier, nous nous sommes rencontrés environs 5 à 6 fois en tout et pour tout, et à chaque fois cela a été à notre demande, souvent suite à un problème à régler sur le chantier qu’il n’avait pas vu ou anticipé.
 
Plus le chantier avançait et plus nous avons eu le sentiment profond que le MO agissait dans l’unique intérêt des artisans et pas dans celui de son client. Le nombre important et la nature des problèmes sur le chantier nous ont convaincu qu’il ne suivait pas sérieusement la réalisation.
Picto recompense Super bloggeur
Messages : Env. 20
De : Gaillac (81)
Ancienneté : + de 9 mois
Article

« 4/ FIN DU CHANTIER ET RUPTURE AVEC LE MAITRE D’ŒUVRE »

Autres > Remise des clefs Par misereduneuf le 12/08/2020 à 19h37
Lors d’une entrevue sur le chantier en novembre 2017, l’un des dirigeants de l’entreprise de maitrise d’œuvre (celui qui suivait notre dossier depuis le début), nous avait dit que le chantier serait fini fin décembre/début janvier, il nous avait d’ailleurs confirmé que le test d’étanchéité qui clôture le chantier serait fait en S5-6 (soit fin janvier/début février 2018).
 
Nous lui avions alors demandé si la pose du préavis pour notre logement en location à échéance à fin mars ne posait pas de problèmes et il nous avait confirmé oralement qu’on était large.
 
Nous avons donc posé notre préavis pour fin mars 2018 afin d’avoir deux mois de libre pour faire des finitions et déménager. Nous n’avons malheureusement pas pu revenir dessus car la propriétaire avait trouvé des locataires.
 
Ayant eu confirmation orale d’une livraison potentielle à début janvier, nous avons alors demandé à commencer des travaux de finitions qui nous ont été accordés par le maitre d’œuvre. Il nous a validé les peintures et les dressings par mail le 26/11/17 sans mise en garde particulière à l’époque. La pose de la cuisine et les parquets nous ont été validés oralement avec une mise en garde une fois la cuisine posée sur les fixations dont je ne connaissais pas l’impact potentiel sur le test d’étanchéité.
 
A partir de mi-janvier, avec le stress de voir que le chantier n’avançait pas et que nous avions posé notre préavis, nous avons multiplié les mails car nous n’avions pas de retours concernant les dates d’interventions des restes à faire.
 
Une visite à eu lieu le 25/01/18 suite à notre détection du problème de terrassement qui n’était fait à moitié. Finalement, le MO nous apprend que les finitions du terrassement n’était pas compté dans le projet de base, nous avons alors fait le point sur le déroulement du chantier et nous avons clairement annoncé notre déception concernant le suivi du chantier par le maitre d’œuvre, ce qui a généré un changement d’attitude radicale du premier gérant qui suivait notre projet.
 
Suite à cela, les échanges se sont fortement dégradés, le Maitre d’œuvre ne répondait même plus à nos sollicitations.
 
Entre le 25/01/18 (date de l’une des rencontres) et le 20/02/18, rien n’a été programmé malgré nos relances. Le Maitre d’œuvre nous a alors demandé de payer les artisans à l’avance (ce qui était contraire à ce qui était prévu et fait depuis le début). Puis il nous fait parvenir une facture des honoraires pour « la clôture des lots techniques ».
 
A savoir qu’au 25/01/18, il ne restait que l’isolation des combles, la pose d’une porte intérieure (mauvaise référence livrée a la base), la pose du volet roulant en remplacement de celui cintré et le test d’étanchéité pour la RT2012 à programmer.
 
Nous remarquons, en nous renseignant auprès des intervenant par téléphone, que le maitre d’œuvre n’a pas prévu les interventions restantes, les intervenants nous assurant ne pas avoir eu d’appel ou de sollicitation du maitre d’œuvre. Nous lui notifions d’ailleurs par mail le 20/02/18.
 
Le 23/02/18, il nous arrête le chantier par simple mail en prétextant qu’il y a des impayés. En fait, un problème de déblocage de fonds de notre banque avait généré un délai de 1 mois pour le paiement de trois factures (à savoir que la plupart des paiements précédant avaient des délais similaires).

Le Maitre d’œuvre prétextait être harcelé par les artisans pour les factures soi-disant impayées. Après avoir contacté les artisans en question pour nous excuser, nous nous sommes rendu compte qu’il n’y avait pas d’urgence d’après ces derniers.
 
 
Le 23/02/18, le MO nous adresse alors une facture pour « la clôture des lots techniques » à hauteur de 1570€
 
Le 24/02/18 nous lui envoyons une mise en demeure pour réaliser les dernières prestations en attente et nous lui remettons tous les chèques posant un problème le 28/02/18 après avoir eu un RDV avec la banque qui a procédé au déblocage de tout le reste du financement.
 
A la des déposes des chèques, je rencontre d’ailleurs le deuxième représentant de l’entreprise de maitrise d’œuvre qui au cours de la discussion, me dit qu’il a effectué des visites de notre chantier, sans notre accord et sans que nous en soyons avertis…
 
 
Suite à la réception de notre mise en demeure, le deuxième gérant prend le relais (le 02/03/18), il nous appelle en disant qu’il n’aime pas l’orientation que prend le dossier et se place en modérateur dans la relation. En réalité il a fallu attendre un recommandé pour qu’il réagisse).
 
Le deuxième dirigeant, qui est plus dans l’annonce et la retenue (le profil type du commercial) essais alors de nous rassurer en nous disant qu’il comprend notre situation, notamment de notre besoin d’entrer dans l’habitation avec nos deux enfants en bas âges et dans une période encore froide de l’hivers.
 
Il nous indique qu’il fera ce qu’il faut pour clôturer d’ici à la fin mars afin que ça concorde avec notre préavis, il s’engage oralement à faire faire l’isolation la semaine suivante et de faire installer le volet en attente depuis 7 mois. Nous concluons ensemble de payer la fin des lots techniques après ces éléments traités et qu’il pourra être programmé ensuite le test d’étanchéité.
 
Suite à nos différentes relances, l’isolation des combles a finalement eu lieu le 14/03 (pour une demi-journée d’intervention), nous avons là aussi contacté le sous-traitant à plusieurs reprises pour nous assurer que le MO avait bien programmé l’intervention. Ce dernier a visiblement tardé pour la planification alors que l’entreprise d’isolation était prête et aurait pu intervenir plus tôt, d’après elle.
 
Le 17/03, le deuxième dirigeant nous contacte par téléphone pour réclamer les honoraires, seulement le volet roulant n’est pas branché et nous émettons donc une réserve, nous lui demandons aussi pourquoi la remise du volet roulant n’apparait pas dans sa facture alors qu’il nous avait dit le prendre en charge.
 
La conversation tourne court, il nous menace de ne pas clôturer les travaux et nous demande de payer les honoraires demandés. Il s’énerve alors au téléphone et nous dit aussi que le volet roulant avait été pris en compte lors des différentes échéances déjà payées. Il nous raccroche au nez.
 
Je l’ai alors rappelé pour voir si nous pouvions nous voir, ce qu’il a refusé en nous qu’il n’avait pas la patience de son collègue et ainsi, que si nous ne payions pas, il arrêterait le chantier. Il rajoute enfin que nous n’étions pas dans une position de force et que nous devions garder à l’esprit que nous devions rentrer dans la maison rapidement à cause du préavis et qu’ainsi ce n’était pas le moment de faire les comptes…
 
 
Ayant fait confiance au Maitre d’œuvre depuis le début malgré tous ce qui c’était passé, nous n’avions, jusque-là, pas vérifié les montants des échéances des honoraires.
 
 Ecorchés et interrogatifs sur ce qui venait de se passer, nous avons alors eu un énorme doute sur les honoraires qu’il demandait si prestement.
Nous avons alors fait les comptes et nous nous sommes aperçus qu’il n’avait pas compté la remise commerciale accordée lors de la signature du contrat (budget validé pour le prêt à la banque) et qu’il n’avait pas compté non plus la moins-value du volet roulant.
 
Résultat, nous ne lui devions plus que 359.25€, ce qui nous amputait du dérisoire levier des 5% à retenir en cas de réserves lors de la réception des travaux.
 
Nous avons donc consulté un avocat qui a pu vérifier l’exactitude des chiffres restants à payer. Celui-ci lui a envoyé une mise en demeure de finir les travaux, lui indiquant que les honoraires demandés n’étaient pas à être payés et que nous allions rentrer dans le logement à cause du préavis arrivant à échéance sans pour autant réceptionner dans l’état.
 
Suite à cette mise en demeure, le test d’étanchéité a alors été programmé par le Maitre d’Œuvre et enfin réalisé par l’entreprise du test d’étanchéité. Le Maitre d’œuvre ne s’est pas présenté au rendez-vous. L’entreprise du test ayant avancée le rendez vous sans en avertir le MO.
 
Le 28/03/18, le Maitre d’œuvre c’est présenté au logement vers midi où j’étais présent. Il fut étonné de me voir et m’a indiqué qu’il ne savait pas que le test d’étanchéité avait eu lieu, je lui explique ce qui s’est passé et dit qu’il va recadrer l’entreprise de test car cette dernière ne l’a pas prévenu.
 
Il me dit alors que c’est dommage d’être rentré dans le logement, et prend alors des photos. Je le laisse faire.
 
J’étais bien présent mais nous n’étions pas encore rentrés dans le logement pour y vivre, nous y sommes entrés véritablement le 01 avril 2018. Nous avions cependant installé une partie de nos affaires puisque nous devions quitter notre ancien logement pour nous y installer le week end suivant et qu’un week end n’aurait pas été suffisant pour tout déménager.
 
Le 28/03/18, le maitre d’œuvre nous informe alors par mail qu’ils résilient le contrat (il s’en donne visiblement le droit car c’est écrit dans le contrat) :
 
« Vos nombreuses initiatives sur le chantier nous contraignant à des faits accomplis, ainsi qu’une remise en cause exacerbée et permanente depuis quelques mois, de nos missions et de nos compétences, ainsi que d’affronts, par mails et lors de nos échanges verbaux téléphoniques et physiques, démontrent une volonté délibérer de votre part de perturber la bonne marche du chantier et entravent notre action de maître d’œuvre.
 
La dernière en date, votre aménagement dans la maison alors que la réception du chantier n’a pas eu lieu, ont mis à mal notre bonne volonté et notre capacité de tolérance et de compréhension à votre encontre. Nous sommes depuis plusieurs semaines, déjà, dans une très grande difficulté quant à la poursuite de notre mission de Maître d’œuvre.
 
Aussi, je vous informe résilier de plein droit, à compter de ce jour, le contrat de maîtrise d’œuvre qui nous lie. »
 
 
Suite à nos relances, l’entreprise en charge du test ne réponds pas à nos sollicitations concernant la remise du rapport et afin de savoir si la RT2012 nous est validée ou non.
 
Début avril, après notre entrée dans la maison, nous avons proposé au maitre d’œuvre un dénouement à l’amiable avec l’intervention d’un conciliateur de justice, il n’a pas répondu positivement.
 
Etant alors très inquiets, nous avons pris contact avec un expert en bâtiment, qui nous a vivement conseillé de ne pas céder car un contrat ne se rompt pas de manière unilatérale. Il nous a conseillé de convoquer le Maitre d’œuvre pour réaliser la réception des travaux en présence du dit expert.
 
Nous avons donc convoqué le maitre d’œuvre pour effectuer la réception des travaux le 24/04 et il n’est pas venu au rendez-vous.
L’expert a finalement dressé une liste plus inquiétante que ce que nous pensions car il a décelé de nombreux problèmes que nous n’avions pas vus de notre œil de profane dans le bâtiment.
 
La nature des malfaçons relevées étant préoccupantes, l’expert nous a invité à mettre une dernière fois en demeure le maitre d’œuvre (ce qu’il a fait lui-même ainsi que l’entreprise du test d’étanchéité pour la remise du rapport) et de nous rapprocher d’un avocat spécialisé.
 
Suite à la mise en demeure, nous n’avons pas eu de retour du maitre d’œuvre.
 
Nous avons finalement reçu le rapport du test d’infiltrométrie avec un résultat très mauvais : 1.21 au lieu de 0.6, ce qui est vraiment mauvais d’après notre expert.
 
Le maitre d’œuvre nous a finalement recontacté pour un arrangement à l’amiable, nous nous sommes rencontrés le 25/06/18 et la conversation a coupé court. Il reste sur sa position de résiliation de contrat et nous propose de repasser une prestation de remise aux normes et de mise en conformité de la maison avec une nouvelle prestation d’honoraires.
 
Il a eu l’audace de nous dire qu’il savait ce qu’il y avait à faire et il a même reconnu ouvertement que la maison n’était pas aux normes et conforme au permis de construire.
Nous avons tout simplement refusé, nous avons tourné les talons et nous sommes partis.
 
Nous avons ensuite pris un avocat, et engagé le maître d'œuvre et une partie des entreprises en justice. C’est alors que les problèmes juridiques sont venus s’ajouter à notre grande détresse déjà causée par les problèmes de la construction.
Picto recompense Super bloggeur
Messages : Env. 20
De : Gaillac (81)
Ancienneté : + de 9 mois
Article

« 5/ TEST D'INFILTROMETRIE RT2012 »

Autres > Remise des clefs Par misereduneuf le 12/08/2020 à 19h37
Le rapport de test d’infiltrométrie pour la RT2012 fait apparaître des fuites :


-         Au niveau des pieds de cloisons dans les chambres au niveau de la jonction entre cloison et chape
-         Sur les pourtours des menuiseries (joint inexistant)
-         Entre les coulissants de la baie vitrée
-         au niveau de la trappe d’accès aux combles
-         dans les bouches du chauffage (gainable air-air)

Le test ne fait apparaître que ce qui est visible, mais ne justifie pas toujours l’origine des fuites.

Apres pas mal d’échanges avec différents experts, qualifier l’origine exacte des fuites une fois la construction arrivée à terme reste très compliquée car la qualité finale de l’étanchéité du bâtiment est liée notamment à la solution technique choisie, la manière dont elle a été mis en œuvre (avec plus ou moins de soins) et surtout elle dépend de l’ensemble du soin apporté à la mise en œuvre de chaque lot (du maçon jusqu’au plaquiste).

En sorte que chacun se renvoie maintenant la balle, certains ont même dit que c’était au lot parquets de réaliser des joints en bas de cloisons, lot que nous nous étions réservés… hallucinant...
Edité 1 fois, la dernière fois il y a +1 mois.
Picto recompense Super bloggeur
Messages : Env. 20
De : Gaillac (81)
Ancienneté : + de 9 mois
 
Photographe Env. 100 message St Pierre D'allevard (38)
Bonjour,

Bon courage à vous, nous avons eu aussi pas mal de galère avec notre Maçon conseillé par notre MOE.
En effet, il faut toujours repasser derriere le MOE, mais attention, toujours en le notifiant, demandant son accord.

Concernant votre Baie Vitrée sans linteau, c'est évidemment la DO ou la décennale qui doit intervenir.
Picto recompense Photographe
Messages : Env. 100
De : St Pierre D'allevard (38)
Ancienneté : + de 10 ans
 
misereduneuf Picto info Auteur du sujet
Super bloggeur Env. 20 message Gaillac (81)
mobby38 a écrit:Bonjour,

Bon courage à vous, nous avons eu aussi pas mal de galère avec notre Maçon conseillé par notre MOE.
En effet, il faut toujours repasser derriere le MOE, mais attention, toujours en le notifiant, demandant son accord.

Concernant votre Baie Vitrée sans linteau, c'est évidemment la DO ou la décennale qui doit intervenir.

Merci à vous, en fait ça fait trois ans qu'on est en galere, un an de chantier et deux ans de procedures judiciaires. Et on en a pas finis...

Je prend le temps de reprendre l'historique afin de la partager et eviter peut etre à certain de faire comme nous, il y a toute la phase des expertises que je vais mettre en ligne car je n'ai pas encore publié tous les problèmes. 

ha oui, la DO et la décennale sont en liquidation, c’était elite inssurance.... ainsi que le maitre d'oeuvre....
Picto recompense Super bloggeur
Messages : Env. 20
De : Gaillac (81)
Ancienneté : + de 9 mois
Article

« 6/ expertises - dysfonctionnement du systeme de gainable »

Autres > Conflits - procédures juridiques Par misereduneuf le 13/08/2020 à 17h00
1/ dysfonctionnement du système de chauffage

après êtres entrés dans les lieux et avoir utilisé le système de chauffage, nous nous sommes rendu compte d'un certain nombre de défauts : 

-         des fuites d’air au travers les bouches de chauffages
-         un déplacement d’air froid dans certaines pièces quand la température de consigne est atteinte
-         un chauffage insuffisant quand la température approche des 0°
-         des codes erreurs au niveau de la télécommande du système de chauffage (codes 26.1 ; 13.0 ; 37.1)
 
après plusieurs échanges qui tournanient en rond dans la procédure, nous avons fini par faire expertiser l’installation par un metteur en service agréé de la marque (atlantic) et son rapport indique ceci :

-         la puissance calorifique du système est faible pour le volume à chauffer (26Watts/m3)
-         que le debit d’air est insuffisant avec un taux de brassage de 3.63 avant encrassement des filtres, ce dernier devant être de 5
-         des défauts de raccordements du réseau aéraulique (photos)
raccordements des gaines d'air sur le caisson dans les combles

-         les codes défauts proviennent d’un problème de version de télécommande et d’un moteur de registre défectueux


ce dernier préconise finalement :
-         le remplacement du gainable par un appareil plus puissant et ayant un débit d’au moins 1818m3/h
-         de reprendre tous les raccordements du réseau aéraulique
-         de remplacer la télécommande par une version appropriée
-         de remplacer le moteur de registre défectueux
 
nous avons fait chiffrer, il y en a pour 5960€…
Picto recompense Super bloggeur
Messages : Env. 20
De : Gaillac (81)
Ancienneté : + de 9 mois
Article

« 6/ expertises - dysfonctionnement du ballon thermodynamique »

Autres > Conflits - procédures juridiques Par misereduneuf le 13/08/2020 à 17h03
2/ dysfonctionnement du chauffe-eau thermodynamique

Le chauffe-eau à mal été raccordé, le guide de pose indique pourtant clairement les poses possibles.


Le chauffe eau est installé dans une piece inferieure à 5m², l’installateur a laissé l’aspiration libre dans le cellier et a mis le refoulement dans les combles

évacuation du chauffe eau thermodynamique

Le guide de pose du constructeur interdit ce type de pause pour une construction en RT2012. De plus cela entraine une mise en dépression du cellier, la porte fermée cela entraine un débit d’air qui passe par les jeux de la porte et fait un sifflement insupportable.
Lorsqu’on laisse la porte ouverte, cela met en dépression la maison et créé le même phénomène sur les autres portes de la maison.


Ce défaut de pose accentue les arrivées d’airs de l’extérieur avec le défaut de l’étanchéité à l’air déjà présent.
 Le refoulement laissé dans les combles créé des mouvements d’air qui déplacent l’isolant (laine soufflée)

L’aspiration et le refoulement de l’installation auraient due êtres raccordés sur des sorties en toit.
 
L’argument de l’installateur : les tuiles à douilles n’étaient pas installées alors je n’ai pas pu raccorder.

Sauf que tout a été facturé et payé et rien ne nous a été dit à ce sujet, il y a donc pour nous une volonté manifeste de poser en non-conformité et de tenter de laisser l’installation dans l’état. Nous estimons que l’installateur aurait dû tout simplement refuser de poser dans ces conditions.
 
Picto recompense Super bloggeur
Messages : Env. 20
De : Gaillac (81)
Ancienneté : + de 9 mois
Article

« 6/ expertises - ecran sous toiture »

Autres > Conflits - procédures juridiques Par misereduneuf le 13/08/2020 à 17h05
3/ écran sous toiture


L’expertise à fait ressortir que l’écran sous toiture avait été découpé à plusieurs endroits dans les combles.

decoupe du l'ecran sous toiture pour le passage du chauffagiste, laissé en l'etat...

decoupe du l'ecran sous toiture pour pour l'installation de la VMC...



Lors de la réunion d’expertise judiciaire, le chauffagiste à avoué qu’il avait due passer par le toit pour certains éléments qu’il devait poser car le plaquiste avait déjà posé le plafond et que les éléments ne passaient pas au niveau de la trappe d’accès aux combles.

            Si tel était le cas, l’entreprise aurait due soit refuser de poser, soit proposer une solution de remise en état de l’écran, mais ne pas laisser dans l’etat.

            Nous n’avons pas fait installer un écran sous toiture pour faire jolie, il est à noter que le chauffagiste n’a pas découpé que pour le passage des éléments, il a découpé partout où il a installé des suspentes pour le supportage des équipements.

            Simple manque de professionnalisme ? je m’en foutisme ? défaut de compétences ? Sagouinnage assumé ? allez savoir…
Picto recompense Super bloggeur
Messages : Env. 20
De : Gaillac (81)
Ancienneté : + de 9 mois
Article

« 6/ expertises - linteau de la baie vitrée de 4 metres »

Autres > Conflits - procédures juridiques Par misereduneuf le 13/08/2020 à 17h37
4/ linteau de la baie vitrée



Le problème est d’abord venu du fait que la baie, lors des manœuvres, faisait un bruit de claquage à certains endroits. Nous avions remarqué que plusieurs guides étaient pliés ou cassés, bref quelque chose de pas normale.

guides cassés



Puis on a commencé à voir apparaitre de l’usure sur les lames du volet roulant, usure qui est maintenant à un point ou on voit le métal apparaitre. Ce volet, avec son caisson avait été déjà remplacé une fois pendant la construction car il était cintré.

usure du volet roulant

usure du volet roulant



            Nous avons ensuite remarqué qu’une fissure était apparue sur le seuil de la baie et que des microfissures étaient apparues à des points singuliers sur le crépit et à l’intérieur au niveau du placo
seuil baie vitrée fissurée



placo au dessus de la baie




            Nous avons, après plusieurs échanges avec des experts, commencé à incriminer un problème structurel, nous avons alors remarqué, avec les photos prises sur le chantier, que la portée de 4metre libre au-dessus de la baie avait été traitée seulement avec le chainage.

linteau baie de 4 metres



Notre expert en structure à alors réalisé une note de calcul avec les photos et les suppositions de dimensions suivant les matériaux utilisés (le maitre d’œuvre n’avait pas fait de plans de ferraillage), et ce dernier à constaté un dimensionnement trop faible. L’expert judiciaire n’en tiendra pas compte…
 
 
            Nous nous sommes alors rendu compte que le maçon avait bien facturé des linteaux mais que visiblement ils ne les a pas faits, nous lui avons demandé une note de calcul sur ce qu’il avait mis en œuvre mais n’a pas répondu, en sorte qu’il n’y en a surement pas.
 
Puis un jour que je regardais des photos, je suis retombé sur l’une d’entre elle ou j’avais pris la maison de loin. Et cela m’a alors sauté aux yeux, on voit bien la ligne de bas de pente au-dessus de la baie qui fait un « ventre ». Personne ne l’avait vu jusque-là.

cintre du toit


J’ai alors pris ma règle de maçon de trois mètres

cintre de la rive, lié au cintre du toit

cintre du toit, à l?intérieur le plafond suspendu témoigne aussi de l'affaissement de la charpente qui repose sur le "linteau" (il n'y en a pas)


Pour moi il n’y a pas photos, soit le chainage est réellement sous dimensionné et va petit à petit s’affaisser laissant craindre un futur défaut décennal, soit le seul chainage peut supporter la charge du toit mais alors le ventre est forcement due à un mauvais étayage ou à un retrait de l’étayage trop rapide, ce qui pourrait avoir créé cet affaissement.
 
C’est là que je me suis rendu compte aussi que le cintre du rail supérieur de la baie vitrée n’était peut-être pas dû qu’au cintre du linteau. Quand il y a du vent, j’entend la baie vitrée bouger, elle grince. En mesurant le cintre, j’ai découvert que le rail supérieur bougeait, je le bouge à la main facilement.

Je pense que lors du remplacement du premier coffre du volet, les maçons ont sorti le coffre par l’extérieur, le placo était fini. Ils ont dû casser les pattes de fixations du rail supérieur de la baie. Lorsqu’ils ont remis le nouveau coffre, il leur était impossible de refixer les pattes puisqu’ils l’ont remis par l’extérieur et que les pattes ont coté intérieur, là où le placo était déjà installé.

Ce qui explique que le rail supérieur cintre et bouge avec le vent, normal, il n’est pas fixé.

J’ai un endoscope très petit au travail, et j’ai remarqué qu’il y a un passage entre le rail supérieur de la baie et le coffre du volet, j’ai pu aussi m’apercevoir qu’il n’y avait pas de laine de verre à cet endroit, encore une fois je pense que lors de la dépose, les maçons n’ont pas pris le soin de la remettre, trop chiant surement.
Picto recompense Super bloggeur
Messages : Env. 20
De : Gaillac (81)
Ancienneté : + de 9 mois

En rapport avec cette page :

Devis construction de maisonArtisan
Devis construction de maison
Demandez, en 5 minutes, 3 devis comparatifs aux professionnels de votre région. Gratuit et sans engagement.
Comment trouver des avis pertinents sur un constructeur ?
Comment trouver des avis pertinents sur un constructeur ...
Les guides vous aident à y voir plus clair sur la construction.
Les 10 maisons les plus extraordinaires des membres de Forum Construire
Les 10 maisons les plus extraordinaires des membres ...
L'équipe de Forum Construire sélectionne pour vous les plus belles photos des membres et du web.
Calculette construction gratuite !
Calculette construction gratuite !
Découvrez les outils et services exclusifs de ForumConstruire.com

Autres récits de construction :

  • et de trois
     81  Et de TROIS !!
    Bonjour a tous, apres avoir fait construire 2 maisons en Seine et Marne, notre profession nous a amene a etre mute dans le Tarn. Cette mutation etant ...
    Castres (Tarn) Par sg77 260 mess.
  • la villa katharina
     81  La villa Katharina
    Voila presque une annee que nous habitons dans notre petite villa Katharine Parce qu'il n'est jamais trop tard pour bien faire nous nous decidons a partager ...
    St Sulpice (Tarn) Par kathy971 1795 mess.
  • notre mob sur terrain en pente
     81  Notre MOB sur terrain en pente
    Bonjour a tous et a toutes, depuis quelques mois c'est avec beaucoup de plaisir que je lis vos recits, mais il est maintenant temps de vous faire partager ...
    Tarn Par Daena 212 mess.
  • notre premiere maison
     81  Notre première maison
    Bonsoir, Apres de nombreuse recherche de maison a vendre car soit elle nous plaisait mais trop chere pour notre budget soit trop de travaux etc... En juin ...
    Saix (Tarn) Par kiki81 32 mess.
  • autoconstruction 81 hors d eau hors d air
     81  Autoconstruction 81 -----Hors d'eau / Hors d'air
    Bonjour a tous, Comme indique dans la section "presentations", mon amie et moi nous sommes lance dans l'autoconstruction. Le projet ...
    Castres (Tarn) Par treza81 81 mess.
  • maison ossature bois dans le 81 avec canadian woods home
     81  Maison Ossature Bois dans le 81 avec Canadian Woods Home
    Bonjour, Depuis un certain temps, nous revions d 'une maison en bois. Apres une visite au salon Maison bois Eco Energies sur Toulouse a ete le facteur ...
    Coufouleux (Tarn) Par bobogus 43 mess.
  • notre future maison
     81  Notre future maison
    Apres plus de 3 semaines a enchainer les rendez-vous avec des constructeurs, notre choix s'est finalement porte sur Maison et villa de France Nous avons ...
    Cahuzac Sur Vere (Tarn) Par amothep 133 mess.
4
abonnés
surveillent ce récit

"Notre construction, du rêve a la désillusion"

Accueil du projet Sommaire du projet Photos du projet Derniers messages Partager
misereduneuf Auteur : misereduneuf
Localisation du projet Lieu de la construction :
FROccitanieTarn Voir sur une carte
Informations sur le projet Informations sur le projet :
Type de travaux : Construction neuve
Type de construction : Plain pied
Style : Régionale / Traditionnelle
Label énergétique : RT2012
Surface habitable : 121m² (6 pièces)
Superficie terrain : 1098m²
Informations sur le projet Maitre d'oeuvre du projet :
Anonyme
Raccourci internet du récit Raccourci internet
Aucun raccourci internet pour ce récit.
Voir