Menu utilisateur
Menu

Catégorie Immobilier - 6 commentaires - Posté

Revue de presse - LaVieImmo.com : En fonction des villes, le loyer moyen payé par les étudiants oscille entre 300 et 1000 euros par mois.



Après l'attente des résultats du baccalauréat et celle des affectations via Parcoursup, les nouveaux bacheliers vont connaître une nouvelle angoisse : celle de trouver un logement près de leur prépa, de leur école ou de leur fac.

L'équation est malheureusement relativement simple. En 2018, la France devrait compter près de 2,7 millions d'étudiants français et étrangers, dont 527.000 entreront en première année dans les principales filières post-bac, selon les dernières projections du ministère de l'Enseignement supérieur.

Or, à la rentrée précédente, il n'y avait que 174.000 logements dans des résidences étudiantes gérées par les Crous. Même en y ajoutant les résidences étudiantes privées, on arrive péniblement à 350 ....

 
Vous aimez ? Partagez sur Facebook !

 

En rapport sur ForumConstruire.com

Devis construction de maisonArtisan
Devis construction de maison
Demandez, en 5 minutes, 3 devis comparatifs aux professionnels de votre région. Gratuit et sans engagement.
Faire construire, combien ça coute ?
Faire construire, combien ça coute ?
Les guides vous aident à y voir plus clair sur la construction.
Les 10 maisons les plus extraordinaires des membres de Forum Construire
Les 10 maisons les plus extraordinaires des membres ...
L'équipe de Forum Construire sélectionne pour vous les plus belles photos des membres et du web.

Les commentaires des membres :

-
La pénurie de logements pour étudiants, c'est pas nouveau
C'était déjà le cas a bordeaux il y a 20 ans
0
-
Etude à l'intérêt bien limité.
Ou sont les aides (APL)et les charges (assurance et TA)?
Idem rien sur les colocations qui souvent permettent de réduire considérablement les loyers
C'est aussi des logements à deux vitesses, les grands centres universitaires dans des villes dynamiques mais il y a aussi les sites délocalisés des universités (pour dynamiser les territoire mais en fait dans des trous perdus en perfusion) avec des loyers bien plus bas
0
-
Bonjour, Pour les logements étudiants, il faut que les parents (garants) aillent visiter avec le jeune, sinon pas grand monde ne leur louera, ce qui est logique.
Et c'est vrai qu'entre un logement de 19 m2 à 230 euros + charges dont chauffage, et la même chose à presque 700 euros, certains se précipitent vers les villes moyennes, s'ils trouvent la formation qu'ils cherchent.

Ceci dit, malgré les prix bas, ils "marchandent" pour ne pas payer les mois d'été entre la première année et la seconde, et ceci, malgré qu'on accepte de leur louer qu'à partir de septembre la première année.

Et bien sûr, avec seulement 10 mois de loyer et charges, alors que tombe les taxes foncières et les charges de copropriété, le bailleur ne risque pas d'être un nabab, s'il perd les mois d'été.

C'est juste la réalité.
1
-
Bonjour,

Les loyers sont quasiment fixes depuis des années mais comme l'a souligné LARZAC il y a les impôts locaux qui augmentent, les charges idem et surtout les travaux d'entretien courant qui prennent une pente exponentielle !
N'oublions pas non plus la kirielle de diagnostics, tous payants, qu'il faut renouveler périodiquement.

Ajoutez à tout cela un président qui n'aime pas les particuliers bailleurs (surtout si ce sont des retraités).

Ce contexte fait qu'il y aura de moins en mois de bailleurs particuliers (de mémoire 26% du parc locatif) et en conséquence les locataires auront de plus en plus de mal à trouver un bien correct à la location, notamment pour les plus modestes dont font partie les étudiants.

On pourrait aussi parler de la loi ALUR ...... qui ne satisfait personne.

@+
0
-
Bonjour, Je crois qu'aucun président n'aime les bailleurs depuis longtemps. Et on monte en épingle un bailleur qui loue un logement qui ne correspond pas aux normes minimum et qui louent à des gens qui ne trouvent rien ailleurs souvent à cause de leur solvabilité très insuffisante.

Et on passe sous silence, les logements en très bon état qui sont détériorés par des locataires négligents qui ne respectent rien.

Si vous louez dans un immeuble, ne visitez pas que le logement, allez voir le local poubelle. Vous en saurez long sur certains occupants, du moins si l'entreprise de nettoyage ne vient pas juste de passer.

Ceci dit lorsqu'on voit des immeubles de 30 ou 40 logements qui sortent de terre un peu partout, et surtout aux endroits où le besoin est quasi nul tellement on est saturé, on voit bien que les médias nous désinforment.

Qu'ils s'attaquent aux promoteurs qui construisent là où le terrain n'est pas trop cher, et qui vendent à des investisseurs qui leur font entièrement confiance. Ensuite ils restent avec leur logement sur les bras.

Chez moi, très proche d'un IUT, je n'ai pas vu un seul étudiant de cet établissement cette année. Heureusement, j'ai loué rapidement à deux étudiants d'un lycée situé à 3 km et bien desservi par les bus. Allez comprendre...

Et "le bons coin" est saturé de petits logements pour qui les gens privilégient les étudiants sans la moindre majoration de prix, et bien équipés.
0
-
Une solution des plus immersive dans la culture Russe, la vie en famille d'accueil est très intéressante sur le plan culturel et favorise énormément l'apprentissage de la langue. Vous vivrez constamment avec une famille russe avec laquelle vous serez dans l'obligation de communiquer avec la langue locale. De plus, elles sont connues pour être extrêment chaleureuse et généreuse, ce qui instaure très vite un climat convivial. On peut difficilement faire mieux pour progresser, mais quelques inconvénients existent aussi à ce type de logement.
0
Picto lock Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.
Voir