Menu utilisateur
Menu

[07] Maison pour la retraite à Privas

Récit de construction de Paddos - 14 messages - Affiché 1.497 fois

Présentation du projet :

Auteur du récit

Paddos
Messages : 43
Dept : 55
Ancienneté : + de 1 an

Récit créé le :

24 juillet 2017 à 16h47

Présentation du projet :

Bonjour à tous,
Nous possédons, ma femme et moi, un terrain à près de 650 km de chez nous, il ne restait plus qu'à le mettre en valeur en le nettoyant et en agrandissant une vieille baraque de vigne de 40 m² ou en construisant une maison simple de plain pied. La place ne manque pas, le quartier est agréable, encore à la campagne mais avec quelques avantages de la ville.

Début avril, après de nombreux contacts par Internet, nous nous sommes rendus à Privas pour rencontrer des constructeurs de la région. Nous en avons rencontré un qui a su nous convaincre par la qualité de son showroom et le choix fourni de son catalogue : la Maison des Compagnons de Roussilon. Cela n'a pas toujours été le cas, un très gros constructeur de Montélimar n'a même pas pris la peine de communiquer. C'est sûr, le titre donne confiance mais ce qui nous a séduits, c'est aussi la qualité des échanges et la souplesse dans l'élaboration d'un projet. Notre budget était bien arrêté et comme tout le monde, on l'a dépassé. A 63 ans, je suis en retraite depuis le 1er mars et je veux en profiter malgré l'investissement conséquent. Je devrais pouvoir emprunter sur 12 ans grâce la Casden Banque Populaire. J'attends la réponse de la banque. Le constructeur rappelle bien les coûts annexes d'environ 20% supplémentaires que représentent l'assainissement, la préparation du terrain, l'aménagement intérieur et j'en passe.

Nous étions assez pressés, le PLU sera rediscuté en 2018 et ce terrain est menacé de passer de la catégorie Uc à Aua : à urbaniser. Cela se produit tous les 5 ans et rien n'évolue, les projets d'aménagement tombent à l'eau. C'est à la fois dommage et rassurant mais je ne voulais pas revivre la nécessité de me battre pour conserver ma liberté de construire une maison de plain pied sur mon bien.

Ma première idée était l'agrandissement de la vieille baraque mais la rapidité de mise en œuvre d'un projet neuf m'a convaincu de signer un CCMI le 29 juin 2017.
Les plans définitifs sont encore en cours d'élaboration, ce n'est pas évident de respecter les besoins de confort et la limites de 85 m² habitables. La maison sera dotée d'un garage de 20 m² et d'une loggia de 14 m² sous un toit 4 pans. La partie vie 41 ou 42 m², la partie nuit le reste avec 3 chambres, SDB, WC séparé et dégagement. L'équipement : Chauffe Eau ThermoDynamique, PAC et VMC DF THR. Volets roulants et porte de garage sectionnelle motorisés. SDB avec douche à l'Italienne, baignoire et double vasque. Je me réserve la pose de la VMC et des revêtements de chambres. Et puis bien sûr, les incontournables finitions de ponçage, peinture, placards et tout le tralala. J'aurais voulu garder les enduits pour moi mais faut pas non plus s'en mettre trop et penser au dos de la bête.

Depuis 3 semaines, j'ai bien réalisé une vingtaine de simulations d'aménagement avant d'arriver à tout caser dans la surface définie. J'ai bon espoir que l'architecte accepte de se rapprocher de ce que je propose. J'ai aussi quelques idées à part, j'ai connu tellement de dispositions inconfortables que je peaufine à fond les détails; et malgré cela, il y aura encore des erreurs. Je ne maîtrise pas tout mais j'espère avoir le moins de modifications à apporter par la suite.
Je présenterai les plans quand ils seront près pour le permis de construire, peut-être dans 15 jours.
J'aurais préféré une maison isolée par l'extérieur mais cette pratique n'est pas aisée, les fabricants de blocs bétons-bois ne sont pas très encourageants (prix, mise en relation avec d'autres, liens avec des maçons, ...) Je tenais également à un enduit extérieur proche du traditionnel, les enduits minces m'horripilent, au bout de 10 ans c'est parfois déjà en cours de dégradation. La Maison des Compagnons a préféré rester dans ce qu'elle a l'habitude de faire avec ses artisans habituels et cela se comprend.
je ne vous inviterai pas à me donner des conseils, il sera trop tard pour les suivre mais vos critiques me toucheront et j'essaierai de justifier mes choix, vous l'avez remarqué, je suis un bavard. J'espère garnir régulièrement de photos l'avancée de ce projet.

D'avance je vous remercie tous pour l'aide que vous m'avez apportée sans le savoir avec vos témoignages ou vos conseils
.
A bientôt sur ce projet,
cordialement,

Paddos.

Sommaire du projet :

Le récit de la construction :

Option de lecture :
11 sept. 2017
11:03:27

Patience, cela démarre

Préparation > Permis de construire
Bonjour à tous,
je demande à ceux qui souhaitent suivre ce projet de m'excuser de mon silence depuis le début.
Par précaution, nous avons demandé un avis au service d'urbanisme de Privas concernant l'accès au terrain pour assurer une meilleure sécurité sur le boulevard.
De plus, les congés du mois d'aout ne favorisent pas une avancée rapide.
Finalement la demande de permis de construire a été signée le 4 septembre 2017.
je joins quelques images du projet.Plan vu de dessus simplifié.
<br />
La position de quelques éléments reste à déterminer.
<br />
(C.E. thermodynamique, VMC, PAC, ...)La mise en place de la cuisine telle que nous l'envisageons.
<br />
Rien n'est encore défini, nous vérifions l'encombrement et le positionnement par rapport aux ouvertures.

Implantation prévue de la VMC DF.
<br />
L'accès aux filtres est aisé, au plafond du couloir.
<br />
Le modèle et équipements ne sont pas complétement arrêtés.


[url=http://www.forumconstruire.com/photos/viewer-pid_1581645.php][/url]

Dernière édition par Paddos le Mar 14/Nov/2017 23:25; édité 4 fois
Partager | Citer |
0
 
06 nov. 2017
09:24:47

Caprices des services de la Mairie.

Préparation > Permis de construire
Bonjour,
Voici les dernières péripéties :
Nous avions le choix entre 2 entrées acceptées par écrit par la responsable d’urbanisme début septembre, le plan de masse que je vous ai présenté avec sas de sécurité à créer :
Le plan de masse :
<br />
Un portail sous porche existe déjà mais son accès représente un danger sur le boulevard. Sa hauteur de passage est limitée.
<br />
Une nouvelle entrée sécurisée sera crée qui permettra le stationnement de courte durée sans empiéter sur la  voie publique.

 ou la sortie existante, un porche avec 2 battants en chêne qui serait devenu un accès piétons.
Le porche qui risque d'être démoli.
<br />
Au fond la baraque de vigne de moins de 40m².


Le 18 octobre nous sommes à Privas, la responsable de l’urbanisme veut nous voir. Rendez-vous prévu le vendredi 20 au matin.
Avec le responsable technique, elle nous annonce le refus pour la sortie sécurisée.
Ils veulent nous obliger à sortir par le parking récemment créé à coté sur la parcelle 246.
6 mois auparavant j’ai tenté d’engager des discussions sur cette sortie possible, par le futur parking, sans succès.
Notre future maison a donc été pensée pour une sortie vers le boulevard, le garage est au sud pour cette raison.

Tout a demandé beaucoup de travail et 6 mois d’échanges avec le constructeur, Loggia, SDB, Cuisine VMC DF, PAC et j’en passe.
Il faudrait que nous recommencions tout.

Je me suis fâché, pas question que je recommence tout pour une sortie qui, en plus ne me convient pas ni sur le choix du point de sortie sur le parking ni sur l'obstacle à franchir dont je n'ai jamais eu à participer lors de la conception. Je suis tout de même un des premiers concernés.
C’est ça ou le refus de permis. Je rétorque que la sortie existante pour ma baraque de vigne (parcelle 220) sera la sortie utilisée pour la construction.
Le parking a été surélevé de 1,5 m par rapport à ma parcelle, c’est trop tard pour engager des discussions. On a dédaigné mes propositions par anticipation et après on veut m’imposer une solution dans laquelle je n’aurais pas un mot à dire sur les modalités.
Tant pis, le portail existant ne laisse que 2,7 m de passage.
Le constructeur prévenu est réactif et envoie le plan de masse rectifié avant le 25/10, la responsable urbanisme part en congé le 26, le sas est totalement supprimé.
Sinon c’est le refus.
L'accès sécurisé a été supprimé rapidement pour obtenir le permis de construire.


La sortie sécurisée supprimée allait tout droit vers le boulevard.
<br />
Nous allons vers un modificatif de PC pour aligner la maison sur l'axe Nord-Sud et rapprocher la sortie garage vers le porche.


Nous rencontrons les collaborateurs du constructeur à Roussillon le 26 pour définir certains détails pour les matériaux et la technique.
Nous continuons le nettoyage de la parcelle et nous rentrons chez nous le 29/10. Un courrier recommandé est arrivé la veille. Le lendemain, nous apprenons que notre permis est accepté avec des réserves.
Mais en regardant notre plan de masse et par rapport au panorama vers l’est nous nous rendons compte que la maison peut être mieux orientée puisque la sortie nouvelle est refusée.
Nous allons la ramener dans l’axe Nord-Sud en la rapprochant de 2 m du parking voisin (reste 6m) et la sortie garage sera vers le porche.
Le constructeur qui nous a suggéré de la tourner jusqu’à 5 ° sans avoir à faire de démarche nous conseille alors de demander une modificatif du permis de construire (rotation d’environ 25°).

C’est décidé lundi je contacte l’urbanisme pour voir les conditions de la démarche. La responsable, malgré son refus, a en réalité voulu bien faire, la logique de la nouvelle entrée sécurisée avec 10 m d’ouverture pour apercevoir la venue de piétons de chaque coté, elle l’a bien perçue. Une voiture dans l’axe de sortie avait plus de 4 m de visibilité de chaque coté avant de s’engager sur le trottoir.
C’est le responsable des services techniques qui est en cause et qui n’a pas réagi 6 mois auparavant. Il préfère m’interdire cette nouvelle sortie pour m’imposer le parking alors que pour la maison déjà étudiée, c’est trop tard. C’est à revoir pour la sortie de la vieille baraque de vigne que je rénoverai et agrandirai plus tard.
Mais c’est de toute façon mal parti, toutes mes sorties se feront par le porche historique si le responsable des services techniques reste obstiné et à mon avis c’est le cas.
Bien que peu attiré par l’architecture ancienne, j’aurais souhaité garder ce porche au portail à 2 battants en bois qui, par sa structure raconte l’art et la vie des gens du passé. Il me faudra m’y résoudre, je devrai le démolir pour me mettre aux normes.

Cette ville qui a des atouts architecturaux a également ses verrues qui s’intègrent tant bien que mal dans le paysage. Les habitants acceptent bien ces oppositions de style mais le touriste de passage doit souvent faire la grimace. On peut y gérer des projets ambitieux dans une ville qui risque de s’endetter sans fin et l’on néglige les projets modestes de Monsieur tout le monde. Pourtant les petits ruisseaux font les grandes rivières et on veut tarir les sources. Je peux me tromper mais le dialogue avec les élus est difficile et le comportement de certains décisionnaires qui abusent de leur autorité me paraît la règle.
Devrons-nous faire face à un début d’amateurisme professionnel, à la mauvaise foi et au mépris ? Le résultat c’est que la population de Privas est en déclin depuis longtemps et ceux qui resteront financeront ces erreurs. La démocratie voudrait qu’on ouvre un dialogue constructif vers des solutions argumentées pour le bien-être de tous les usagers. C'est aussi ce que prétend faire la municipalité.

Prochaines informations rapidement, je l’espère.
En attendant je joins quelques photos du porche et du plan masse accepté qui devrait évoluer.
A bientôt.

Dernière édition par Paddos le Dim 11/Fév/2018 11:31; édité 1 fois
Partager | Citer |
0
 
Paddos 
43 msg (55)
Le 22/12/2017 à 12h03
Bonjour à tous,
comme annoncé, nous avons établi un modificatif de permis de construire le 16/11/2017 pour orienter la maison dans l'axe Nord-sud et profiter au mieux du soleil après le refus de la création d'une ouverture ultra-sécurisée et l'obligation d'utiliser la sortie existante.
Après un peu de temps morts pour répondre à des documents réclamés par les services d'urbanisme, nous avons obtenu l'acceptation en date du 13/12/2017.
Voici les photos de la position définitive de la construction :
Comme annoncé, la maison a été orientée Nord-Sud.Comme annoncé, la maison a été orientée Nord-Sud.


Nous avançons lentement mais nous ne contournons pas les problèmes, nous préférons y réfléchir et les résoudre après une réflexion posée.

Je cherche à rénover la porte cochère présentée plus haut. La hauteur de passage au centre est d'environ 2,95 m et la largeur 2,72 m. à cela s'ajoute une feuillure intérieure de 4 à 5 cm sur les cotés et en haut.
Je possède déjà les plots de chêne et les machines à bois qui me permettront de la concevoir entièrement mais je me retrouverai avec un portail lourd et difficile à manœuvrer qui demandera un entretien constant.
La motorisation nécessitera un moteur puissant notamment par grand vent.

J'ai demandé un devis pour une porte en alliage d'aluminium avec une peinture au four qui rappelle le chêne clair.
coût autour de 4000 € posée sans moteur.

J'ai également demandé à un fabricant un devis pour une porte réalisée à partir de panneaux en nid d'abeille en polypropylène revêtus d'une double peau sur les faces et éventuellement sur les chants comme pour des plans de travail de cuisine.
La peau extérieure peut être du polyester renforcé de fibre de verre ou de l'aluminium laqué liquide, ...
L'ensemble sera encore plus léger, environ 7 kg par m².
Je n'ai pas de réponse du fabricant. Je me suis aperçu que les panneaux composites nid d'abeille ne dépassaient pas respectivement 2,44 x 1,22 ou 2,5 m x 1,25. Je ne suis donc pas sûr d'avoir un retour de ce fabricant.
Il est donc nécessaire de rassembler plusieurs panneaux en collant 2 couches de 15 ou 3 de 10 décalées l'une par rapport à l'autre par exemple. l'épaisseur est prévue à 30 mais 10 mm de plus, ça peut passer.
Quelqu'un a t-il une solution pour la réalisation de ce type d'ouvrage ?

Voici des images du travail à réaliser :
Battant gauche en tirant.Battant droit en tirant.

Merci pour vos idées.

Je recherche également un tuyau annelé de 60 cm de diamètre et 80 cm de long en Polyéthylène pour réaliser un regard. Il est commercialisé en longueur de 6 m ce qui fait un coût trop important.
Peut-être quelqu'un a déjà fait ce type d'achat et cherche à revendre un bout.
Ou vous connaissez un revendeur qui détaille.

Merci,

à bientôt,
Partager | Citer |
0
09 fév. 2018
15:55:40

Harcèlement de la ville de Privas

Autres > Conflits - procédures juridiques
Bonjour
 
Ce n’est plus la peine de refaire le portail :
 
Sur les conseils du responsable des services techniques, j’ai fait une demande le 15/01/2018 de permission de voirie pour accéder par le parking public de la parcelle AK246, adjacente à la mienne, à mon chantier de construction début mars.
Je viens de recevoir un courrier de la mairie de Privas daté du 15/01/2018 qui me demande de ne plus emprunter ce parking.
Face à la cacophonie qui règne dans cette commune, je me résous à prendre les mesures qui s’imposent pour m’assurer que l’accès à mon chantier soit résolu en mars.
La permission de voirie sera probablement refusée.

Je joins un plan de la situation actuelle pour que chacun ait le plaisir de trouver la solution que d’autres n’ont même pas cherchée puisque tout semble improvisé.
Parcours des usagers.
La maison sera construite sur la Parcelle AK 247
Le parking a été réalisé sur la parcelle AK 246 et AK 239
En bleu le parcours réalisé par les usagers de l’école en rouge la rampe d’accès incontournable.
 
Sur l’mage satellite, le parking n’est pas encore réalisé mais la traversée du boulevard se fait sur les passages protégés par un feu tricolore, des coussins berlinois, une limitation à 30 km/h et une bande centrale surélevée.
 Vue aérienne commentée.
Nous allons donc préparer une demande de permis de démolir ou une déclaration de travaux ( à préciser ) pour supprimer la voute du porche, enlever le portail et élargir le passage pour permettre l’accès de véhicules de chantier.
Par la suite une fermeture aux normes en vigueur sera mise en place.
 L'accès existant, le porche empêche l'accès.
<br />
Il sera démoli et le passage sera agrandi à 5 m.

Le porche va être complétement détruit entre les lignes bleues pour permettre le passage des engins de chantier.
Je suis désolé pour les habitants de Privas qui m'ont félicité d'avoir conservé le dernier porche d'époque à privas, je suis dans l'obligation de le détruire après de multiples tentatives infructueuses pour le préserver.

Il est clair que la commune cherche à nuire au projet et tous les moyens sont bons pour me mettre des bâtons dans les roues. Elle organise l'enclave de mon terrain par des contraintes administratives. Heureusement, à chaque fois, j’ai anticipé les résultats des démarches qui m’incombent et la solution est toujours prête pour le prochain coup tordu de la mairie.

Ci-dessous un extrait de la lettre du maire pour m'interdire l'accès.
Accès unique parce que nouvelle ouverture sécurisée refusée.
La sécurité, et si on en parlait ?
Refermer le passage nécessite que la clôture détruite par les travaux de la commune soit refaite. De plus, chez moi, je suis libre de clore ou non.
 Le maire ne veut plus que j'utilise l'accès par le parking pour des raisons de sécurité.


Je vous expliquerai plus tard, en détails, documents à l’appui, comment et surtout pourquoi, sous le prétexte de sécurité, la mairie fait tout pour stopper la construction et me charge de travaux pharaoniques  pour traiter un problème sécuritaire qui normalement leur incombe puisqu’il se trouve sur la voie publique et que la phase d’analyse des besoins qui s’impose reste à faire.
En effet, tout ce que les responsables ont pu me dire, c’est qu’il y a un souci de sécurité. Je n’ai jamais eu par écrit la liste des points particuliers pathogènes.
Je n’ai bien sûr eu aucune liste de remèdes possibles. Je ne suis donc pas partie prenante dans les recherches de solutions.
Mais leur conclusion, c’est que c’est moi qui gêne et c’est moi qui dois financer des adaptations, hors de mes moyens budgétés.
 
Mon portail existait bien avant le boulevard et l’école. Ces deux projets sont nés sans anticiper les besoins pour les usagers, ce qui est à l’origine des problèmes (importance du trafic, parking oublié pour les usagers du même coté que l’école, …).
La clef de voute conserve la date de fabrication du porche : 1886.
La clef de voute révèle la date de construction : 1886.
<br />
Ce porche avait 131 ans.
Le porche a été débarrassé du lierre aujourd'hui (16/02/2018)
quelques centaines de kilos en moins.
Le porche ce matin en arrivant.

Ce matin j'ai déposé en mairie la déclaration de travaux pour sa destruction.
Bravo la mairie de Privas.
Aujourd'hui, le porche a été débarrassé du lierre.
<br />
Il n'y a plus qu'à taper dedans.


En réalité, entrer ou sortir de ma parcelle sur le boulevard peut se faire en toute sécurité. Suite à la réalisation du nouveau parking, il suffit d’apporter des modifications de structure à la voirie qui vont avec. Mais comme ce sont des frais supplémentaires pour la commune, on a recherché un moyen moins contraignant et le dindon est tout trouvé.
 
Bien sûr, au début, j’ai cherché à rentrer dans le cadre et avant de définir la répartition des volumes de la maison j’ai tenté d’anticiper en demandant à être intégré au groupe de réflexion pour un accès en toute sécurité et en proposant des solutions équitables concernant les travaux importants à envisager et que je ne peux assumer seul financièrement. Je peux prouver, courrier à l’appui ce que j’avance.
On aurait pu ainsi intégrer une partie de la rampe dans les structures du parking afin d’en réduire la pente en augmentant sa longueur.
 

Le dénivelé entre le parking et ma parcelle : MERCI POUR LA CLÔTURE ! En face l’école de l’autre coté du boulevard.
Mais j’avais oublié, la commune ne peut pas affecter des moyens ou deniers publics pour réparer un ouvrage privé.
Il existe pourtant des techniques pour contenir les remblais, n'avais-je pas suggéré un mur de soutènement ?


Il me faudrait réaliser à mes frais une route de 20 m de long, 6 m de large pour surmonter le dénivelé de 1,5 m qu’ils ont créé pour la réalisation du parking. Tout cela avec enrochement indispensable, en travers d’une pente à 10%.

Le responsable m'a dit avant les travaux que des cailloux risquaient d'abîmer le grillage.
Je ne m'attendais pas à retrouver ma clôture dans cet état.
Le poteau électrique en bois est chez moi, la clôture couchée également.
<br />
Bonjour les dégâts !
<br />
Si j'avais été partie prenante dans le projet de parking, j'aurais suggéré une toute autre configuration pour permettre un accès PMR. Trop tard.

Le remblai a été poussé jusqu'à plus de 50 cm de la limite à l'intérieur de ma parcelle.
La clôture dès l'entrée du parking est défoncée malgré 40 à 50 cm de remblai seulement.
<br />
La limite est l'extrémité du mur.


Ci-dessous la clôture avant les travaux sur le parking.
Le grillage est rouillé mais les piquets sont en parfait état.
La clôture avant la réalisation du parking.


La rampe ainsi réalisée rendrait l’accès difficile à une personne en fauteuil roulant, 7,5% minimum de pente alors que mon accès direct existant ne dépasse pas 2%. ( Norme handicapés : 5% maxi si plus de 2 m de long )
 
De plus des équipements incohérents ont été installés comme des barrières qu’il a fallu recouper de 2 m parce que gênantes pour tourner sur le parking. Devant mon portail, j’ai les mêmes barrières de chaque coté et on ne les a pas raccourcies.
La mise en place de ces barrières oblige à des manœuvres dangereuses. Elles sont là pour protéger les piétons et notamment des enfants et supprimer le stationnement sur le trottoir qui n’est plus un besoin.
 
Les  structures sur le boulevard : barrières, bande centrale, rampe d’accès école,…
 Structures sur le boulevard
L’idéal serait de supprimer ces barrières toutes neuves pour me faciliter l’accès et faire en sorte que les enfants ne soient plus dans l’obligation de passer devant mon portail bien que je sois très attentif à leur laisser toujours la priorité.
Cela s’appelle séparer les flux.
A partir de ce constat, la solution est tout de suite trouvée. Cela demande un tout petit peu de réflexion et des moyens qui incombent à la mairie. C’est trop demandé, il faut peut-être que je leur dise comment faire ?
 
Bonne réflexion à tous.

Après le refus d'entrée sécurisée,
après le refus d'autorisation de passage sur le parking voisin,
que va t'on m'opposer ?
Je m'attends à des tracasseries pour la démolition du porche.
A bientôt Pour la présentation des autres soucis avec la commune. :
Mur d'enceinte partiellement détruit par un arbre sur le trottoir.
Seuil de l'entrée piétonne de la parcelle AK 219 enterré.

Dernière édition par Paddos le Ven 02/Mar/2018 11:09; édité 1 fois
Partager | Citer |
0
 
01 mars 2018
15:53:02

La SAGA continue

Préparation > Administratif
Bonjour à tous,
La saga continue exactement comme je vous l’avais prédit.
J’ai reçu ce jour, 01/03/2018 un courrier recommandé me demandant des pièces complémentaires.
 Dossier déclaré incomplet avec liste des pièces manquantes farfelue.


 
Je savais qu’on me chercherait la petite bête, je vous l’avais dit. Pour cette raison, je n’ai donc pas prévu la réalisation d’un SAS d’entrée sur lequel il est trop facile de trouver des futilités de refus (hauteur, cotes, couleurs, …).
Ce sera la prochaine épreuve.
C’est aussi pour cela que la mairie ne m’oppose que des justifications farfelues.
La pièce DP5 est à fournir en cas de construction pour la représenter.
Il n’y a aucune construction donc cette pièce est injustifiée.
Le projet ne porte pas sur une construction, il ne nécessite aucune autre pièce.

 

 
La pièce DP11 est à fournir pour indiquer les matériaux utilisés ; comme il n’y a pas de construction, il n’y a pas de matériaux, pas de restauration, pas de présence d’un périmètre historique, rien de rien.
Je n’ai rien à fournir.
La pièce DP11 est injustifiée.
<br />
Il ne s'agit pas d'une construction, encore moins d'une habitation, d'une restauration immobilière, ...


 
Comme l’indiquent les explications de la page 4/15, il n’y a pas emploi de matériaux mais seulement de la matière enlevée.
Le projet est clairement détaillé concernant une clôture.
<br />
On ne fait qu'enlever des matériaux.

En plus du descriptif ci-dessus,
j’ai tout de même fourni le plan de situation
[url=https://www.forumconstruire.com/photos/viewer-pid_1644984.php][/url]Plan de situation de la déclaration des travaux.



Le plan avant travaux,
Le plan avant suppression du porche.
<br />
Il est fourni.


 
Le plan après travaux
L'accès existant, le porche empêche l'accès.
<br />
Il sera démoli et le passage sera agrandi à 5 m.


 
Accompagnés de la photographie situant les enlèvements de matière.
Le porche va être complétement détruit entre les lignes bleues pour permettre le passage des engins de chantier.


 
Difficile de représenter après démolition avant d’avoir réalisé la démolition. Je ne suis pas magicien ou illusionniste.
 
La déclaration relative au calcul des impositions est une demande aussi farfelue que les autres, les travaux ne s’appliquent pas à une habitation mais à une clôture, cela ne peut avoir aucune incidence sur la fiscalité.
Une pièce obligatoire pour déclarer des travaux.
<br />
Elle est fournie.


 
Il ne s’agit pas d’une demande de permis de construite mais d’une déclaration de travaux sur une clôture constituée de pierres sèches et d'un portail en bois.
 
Je rappelle à ceux qui n’ont pas tout lu que :
J’ai demandé à la mairie avant établissement des plans de la construction de pouvoir accéder par le parking voisin avant qu’il ne soit réalisé ; demande restée sans réponse.

Que j’ai demandé à la mairie avant la demande de permis de construire la possibilité de réaliser une nouvelle entrée hyper-sécurisée sur le boulevard ; demande acceptée par écrit puis refusée oralement à la fin du délai d’étude du P.C..

Que j’ai fourni un permis modifié à temps pour accéder de plein droit par le porche à mon futur domicile ; Le porche a 131 ans et les problèmes de sécurité non formalisés clairement résultent des modifications irréfléchies de la mairie.

Que j’ai demandé une permission de voirie pour accéder le temps des travaux par le parking voisin pour ne pas démolir le porche; Permission refusée.

Que j’ai fait une déclaration de travaux concernant la suppression de porche ; La mairie qui cherche à organiser l’enclavement (blocage des travaux de construction) de ma parcelle me demande des pièces complémentaires injustifiées qu'il est impossible de fournir.
 
Les caprices et harcèlement de la mairie s’expliquent par le fait qu’ils se sont rendu compte trop tard que ma proposition d’accès par le parking voisin était une idée géniale qui aurait pu leur faire économiser le coût des aménagements sur le boulevard. En organisant l'enclave de mon terrain, ils espèrent m'obliger, jusqu'à l'utilisation du zèle, l'attitude idiote de demande de pièces injustifiées, la mauvaise foi, ... à passer là où ils m'ont mis des obstacles hors d'atteinte de mon budget.
[color=#111111]Une autre réalité, c'est qu'on veut me faire payer l'annulation d'un compromis de vente de mon oncle en 2004, mon intervention pour conserver le statut de terrain constructible au PLU en 2013 et mon refus de vendre mes parcelles par la suite.[/color]
Je décrirai ces évènements dans le détail plus tard, vous comprendrez mieux l'acharnement de la mairie et son implication dans ces affaires.

Mon refus s’explique par le fait que la construction n’a pas été configurée avec un accès par l’arrière et le coût exorbitant d’une rampe qui ne peut plus être conforme à celle que je proposais en raison du niveau du remblai du parking.

La solution est toute simple pour redonner le caractère sécurisé à l’accès aux usagers de l’école en face, il suffit de prendre en compte la présence nouvelle du parking récemment réalisé et faire les aménagements en conséquence.
C’est tout bête et je refuse de fournir la solution et les moyens financiers.

Conclusion, le nouveau coup tordu de la mairie est :
Bête et Méchant.


Je fais donc appel aux lecteurs pour qu’ils me donnent leur avis face à l’attitude de ces services bureaucratiques qui réclament des pièces injustifiées alors que celles présentées décrivent très clairement les travaux qui ne portent que sur la démolition partielle d’une clôture qui m’appartient.
Dites moi si vous n’avez pas compris les travaux que je déclare.
Dites moi comment je pourrais fournir un document qui représente ce que j’enlève une fois que je l’ai enlevé.
Partager | Citer |
0
 
Paddos 
43 msg (55)
Le 04/03/2018 à 21h58
Bonjour aux lecteurs,
 
Je place un extrait de ma demande de permission de voirie pour que chacun comprenne la réponse de la mairie.
Ci-dessous la demande
 Demande de permission de voirie, ce devait être une formalité à croire le directeur des services techniques de Privas.

 
Une présentation du lieu :
 L'accès provisoire demandé ne peut se faire que là.
<br />
La permission de voirie a été refusée pour information insuffisante.
[color=#000000][size=3] 
[/size][/color]
La voiture rouge est sur ma parcelle.
Au premier plan, le parking réalisé courant 2017.
Entre les deux, la clôture dont les piquets ont été arrachés lors des travaux du parking.
Je me suis contenté de tirer le grillage pour tester le passage d’un véhicule.
C’est le seul endroit praticable pour accéder en voiture.
Partout ailleurs, le dénivelé empêche le passage.
C’est ce passage que Monsieur le Maire me demande de refermer dans un courrier présenté plus haut ; alors que cette ouverture est le résultat de l’arrachage que ses travaux ont occasionné.
Rappel :
 La demande du Maire de Privas de refermer la clôture qu'il m'a détruite.
<br />
C'est tout de même gonflé.

 
A la vue de la configuration du terrain, difficile de justifier le refus ci-dessous,
qui impose un accès définitif alors qu'un accès provisoire est demandé.

 Le refus de la ville de Privas de me permettre l'accès provisoire par le parking.
<br />
Motif : information insuffisante.
<br />
En réalité l'organisation d'un enclavement de ma parcelle pour imposer un autre passage ruineux pour ma pomme.

 
l’unique passage provisoire possible fait l’objet d’un courrier du maire et la demande zélée de détails du directeur des services techniques qui connaît parfaitement le lieu, révèle la volonté de nuire.
 

Il cherche simplement à m’imposer un passage définitif là où une pente dont j’ai déjà parlée ne me serait d’aucun confort et son coût serait énorme. De plus, l’accès qu’il exige gênerait la réalisation de la tranchée des eaux usées donc celle-ci doit être faite avant, mais, sans accès provisoire, c’est impossible.
C’est une pression par chantage qui s’exerce.
L’objectif de tout cela, c’est bien indirectement de m’interdire l’accès historique par le porche.
D’où l’organisation de l’enclavement de ma parcelle ce qui est répréhensible sur le plan légal.


La barrière installée récemment courre tout le long de ma limite.
<br />
Une entrée sécurisée dans cette zone a été acceptée puis refusée.



 
Je tiens à rappeler que des solutions qui incombent à la mairie existent.
L’une pourrait par exemple consister à réaliser un passage clouté juste après l’entrée du parking avec le même feu tricolore déplacé en conséquence. Et pour encore plus assurer, créer une sortie séparée de l’entrée pour le parking.
Là, il faudra faire une petite rampe supplémentaire mais certainement pas aussi couteuse que celle qu’il veut m’imposer.
Il n’y aurait plus de croisements de flux piétons et automobile incontrôlés donc la sécurité serait pleinement assurée.
La distance à parcourir pour les usagés du parking pour se rendre à l’école serait la même.
Ma sortie par le porche ne présenterait plus le moindre risque pour eux.
 La barrière installée laisse un passage limité que l'on veut m'interdire.
<br />
Le passage protégé à droite pourrait être déplacé près du parking.


 
Je ne prétends pas être un spécialiste de voirie mais que ce soit pour le parking où l’aménagement sécuritaire le long des deux limites communes avec le domaine public, un échange de voisinage aurait au moins dû être initié sur la configuration et les modalités d’autant plus que je l’avais demandé et que j’avais annoncé mon projet de construction dès le début avril complété par des courriers (à ce moment là, évoquer l’accès par le futur parking avec le directeur des services techniques faisait l’objet d’un rejet).
Rappel : recherche du débat dès le début avril 2017; choix de construction fait fin juin.

Le courrier électronique envoyé au service d'urbanisme pour demander une réflexion sur les travaux à envisager avant l'étude du projet de construction.


 [color=#000000][size=3] [/size][/color]
Il existe certainement d’autres solutions mais il faudrait réfléchir un peu. C’est trop demander !
 
Les barrières installées le long de ma parcelle n’avaient aucune raison d’être ; de l’autre coté du boulevard, des places de stationnement protègent le trottoir.
 
Tout cela explique ma demande de travaux pour démolir le porche,
suivi des demandes abusives de documents et
le recours auprès de la responsable d’urbanisme de Privas ci-dessous :

 Courrier électronique au service urbanisme de Privas pour modifier la demande de documents réclamés.

[color=#000000][size=3] 
[/size][/color]
A bientôt pour la suite.
Partager | Citer |
0
Paddos 
43 msg (55)
Le 01/04/2018 à 11h31
Bonjour,

J'ai été entendu, les documents ne me sont bien sûr plus réclamés injustement.
cette constatation annule normalement la prolongation du délai de recours de la Mairie qui coure de nouveau à partir du 15/02/2018, date de dépôt de la déclaration préalable de travaux.

Article R*423-19
Le délai d'instruction court à compter de la réception en mairie d'un dossier complet.

L'opposition de la Mairie se base maintenant sur la sécurité des usagers de l'école qui passent devant mon porche.
Est ce le temps des travaux ou continuellement ? La motivation n'est pas claire à ce sujet.
De toute façon, mon droit d'accès par ce porche est inattaquable. Par contre l'accès lui-même présente un danger parce qu'il m'impose que mon véhicule dépasse sur la voie publique pendant que j'ouvre les portes du Porche qui ne peuvent être motorisées en raison de leur poids, leur prise aux vents et de leur conception.
Cela impose donc la démolition pour des raisons de sécurité. Et c'est au nom de la sécurité que l'on me l'interdit.
Je vous laisse le soin de faire les commentaires.

Cette nouvelle opposition de la Mairie est datée du 26/03/2018 alors que le délai de recours est de 1 mois pour une déclaration préalable. Le délai est dépassé.

Pour bien saisir les raisons de mon obstination, je vous présente ci-dessous des explications qui démontrent que la sécurité peut être renforcée à peu de frais par les responsables des services techniques qui dès lors qu'un nouveau parking voyait le jour pouvaient envisager des solutions avantageuses pour sécuriser et améliorer les conditions des usagers.






Je ne prétends pas détenir toute la vérité, d'autres solutions existent certainement, il faut que la ville les recherche.



Ce n'est pas à moi de les étudier, mais je fais un effort de réflexion parce que mon accès gêne tout d'un coup.





Je déclare que mon accès était là il y a plus de 130 ans que la gêne est survenue avec la création du boulevard, de l'école et maintenant du parking. Je n'ai pas à financer les carences des études qui ont négligé l'existence de mes biens. Je n'ai donc pas à subir ou financer un accès horriblement handicapant et couteux pour moi.



Des solutions simples existent, beaucoup moins couteuses, j'en présente une qui prouve que je n'ai pas à subir la moindre responsabilité dans les risques que l'on me reproche.






Pour voir l'application au terrain, je remets la photo satellite ci-dessous :
Les seuls travaux à réaliser :
<br />
Un passage protégé par un feu tricolore,
<br />
Une sortie indépendante de parking,
<br />
Un escalier d'accès. (facultatif).
Toutes les remarques peuvent s'avérer constructives.
Toutes les infrastructures sont en place,
<br />
Le porche ne présente aucun risque.
J'aimerais saluer les collègues enseignants qui méritent ce que je propose comme solution.


Dernière édition par Paddos le Lun 14/Mai/2018 14:45; édité 1 fois
Partager | Citer |
0
Paddos 
43 msg (55)
Le 04/04/2018 à 14h21
En attendant le démarrage du chantier si un jour c'est possible,
je n'ai aucune raison de me rendre à Privas.
Je salue donc mes voisins immédiats à qui j'ai promis la remise en état du muret en pierre sèche.
Je continuerai bientôt le nettoyage du terrain en espérant que les sangliers ne reviennent pas tout saccager.
Faut-il préférer un sanglier à un voyou administratif ?

Je précise que l'adresse (URL) de ce sujet est placardée sur le portail du porche.
Chacun peut donner son avis sous le couvert d'un pseudo.

Vous avez le droit de penser différemment et me présenter vos arguments.
Vous pouvez aussi m'appuyer et me le faire savoir.
Partager | Citer |
0
Paddos 
43 msg (55)
Le 04/05/2018 à 19h42
Bonjour à tous,

J’ai rencontré 4 représentants de la mairie de Privas le vendredi 27 avril à 8h30.
Le coordinateur gros œuvre de MDC était également là dans le but de piqueter la zone de construction.
Le responsable du service technique a commencé par dire qu’il n‘avait rien contre nous ; il n’en fallait pas plus pour me provoquer, c’est quelqu’un qui a l’habitude de dire le contraire de ce qu’il pense.
J’ai eu à faire à des milliers de personnes dans le cadre de mon travail et je suis très observateur des attitudes des gens à qui j’ai affaire.

Ce responsable n’a aucun argument pour justifier que les usagers de l’école passent obligatoirement devant mon portail et soient en soi-disant situation de danger à  ce moment là ; c’est pourtant le problème de sécurité évoqué pour m’empêcher de passer sous mon porche. Bien que cela n’ait jamais été évoqué par écrit, c’est bien la circulation des piétons et ma sortie de chez moi qui chagrine ces personnes.
Les usagers du parking sont obligés de croiser les véhicules qui entrent et sortent pour communiquer avec le passage entre mon mur et le garde corps. Ils passent, plus loin, devant mon porche.


D’où le travail de réflexion présenté en images dans les chapitres précédents.
Il faut donc interdire des centaines d’entrées de garage dans Privas. L’écrire, c’était révéler la légèreté de la justification d’où, le manque de précisions dans les refus.
Par contre à l’évocation du risque qu’il fait courir aux usagers qui empruntent et croisent à pied le flux des voitures entrantes et sortantes sur le parking, là, il n’y a plus de risque, par enchantement.
L’emplacement que j’avais préparé pour l’accès aux engins de chantier m’a été refusé parce que trop dangereux en raison de sa proximité (6 à 10 m) avec l’entrée des véhicules.
Pourtant ce n’est pas dangereux pour les piétons qui la coupent à 1 m.

L?entrée initiale (barrières) est déplacée de seulement quelques mètres (bande Ferrari)
<br />
Pourquoi ne pas le proposer dans le refus écrit ?


Au final, il exige que j’accède à 6 ou 7 m de l’endroit initialement prévu. A l’endroit même où les usagers se garent et face à la ligne centrale de une ou deux rangées de véhicules qui seront garés.
Cela posera des problèmes d’accès aux heures d’entrée-sortie de l’école.

La moindre des choses, ç’aurait été de dire que c’était ça le problème au lieu de retarder le début des travaux de plusieurs mois.
Là, j’ai vu rouge et j’ai arrêté toute discussion avec cet énergumène capricieux et de mauvaise foi.

Le coordinateur gros œuvre m’a fait savoir que cela ne le dérangerait pas d’utiliser cette dernière solution, J’ai donc préparé le passage l’après midi même en arrachant la clôture, débroussaillant les 2 m en largeur de buissons épineux et ronces qui protégeaient efficacement le grillage et j’ai nivelé  l’entrée qui n’était qu’un monticule laissé par les engins qui ont fait le parking public.
Le peu de clôture qui reste encore debout est maintenant très restreint.

Je m’attends bien sûr à d’autres tracasseries.
Pour ces raisons, devant le refus de démolir le porche, j’ai transmis un recours gracieux auprès du Tribunal Administratif de Grenoble le 9 avril 2018.
Je viens de recevoir une réponse, pour Privas, c’est du ressort du TA de Lyon, alors pourquoi l’arrêté d’opposition de la mairie indique t-il le TA de Grenoble comme recours ?
C’est donc au tour du TA de Lyon de trancher.

La responsable d’urbanisme de Privas me reproche de ne pas chercher le débat avant de m’adresser au tribunal.
Tout simplement parce que leurs arguments ne sont jamais clairement exprimés, n’ont aucune consistante technique, ne s’appuie sur aucun écrit ni plan et résultent d’une improvisation continue, des affirmations injustifiées qui ne prennent nullement en compte mes droits.

Mes arguments sont écrits, imagés, techniquement justifiés, historiques et logiques, mais je ne suis pas écouté.
La discussion n’est pas possible avec des services qui, s’ils ne cherchent pas systématiquement à nuire, ont certainement une bonne raison pour agir ainsi.

Après des rencontres avec de nombreux habitants de Privas, je commence à entrevoir une vraie raison. Un retraité ça travaille 2 fois moins vite mais ça discute !
D’après eux, mais ce n’est que des avis non vérifiés, la ville serait endettée au point de chercher par tous les moyens à réduire les dépenses après des investissements trop lourds.
Et la mise en insécurité des usagers de l’école découlerait directement de la volonté de dépenser moins.


D’où le transfert des dépenses sur un pigeon qui serait dans l’obligation de réaliser à ses frais une route en pente pour sortir de chez lui, à qui l’on impose des clauses abusives illégales au moment de l’attribution du permis de construire, et on fera le maximum pour le gêner,

La clause encadrée en vert n?est pas indiquée sur le PC d?origine.
<br />
Elle apparait sur le PC modificatif et n?a rien à voir avec la construction.
<br />
Elle n?est d?ailleurs pas clairement motivée. (évocation évasive de sécurité)


on lui interdit la réalisation d’une entrée sécurisée, l’agrandissement du passage existant, on lui colle des barrières physiques, on lui refuse la permission de voirie, …

Pour entrer, en venant de droite, cela peut passer mais lentement.
<br />
Pour sortir, le rayon de braquage m?oblige à monter sur la bordure centrale ou à man?uvrer sur la voie de circulation.


Je sors de chez moi, je dois choisir, la barrière ou la bordure centrale?.
<br />
Je man?uvre au milieu du boulevard.


L’étude a été tellement minutieuse que les usagers ne pouvaient entrer sur le parking sans risquer de percuter ceux qui sortaient. La raison, un panneau de garde corps en trop, cela montre bien l’improvisation plutôt que de procéder à l’étude technique sur un plan avec des rayons de braquage d’un véhicule type en référence.

La même erreur avait été commise à l?entrée du parking.
<br />
Le rond bleu indique le pied d?un panneau du garde corps qui a été enlevé.


Que dire de l’accès aux normes PMR obligatoire depuis 2015 reporté pour les anciennes installations.
Là, c’est du neuf.
Une personne à mobilité réduite doit emprunter une pente à pied au milieu des véhicules entrant et sortant quand elle sort du parking.
Réponse du responsable : « où voulez-vous que je fasse une rampe d’accès ? Il aurait fallu que je fasse le parking plus haut ou que la pente soit plus longue donc moins de place sur le parking. »

Les normes PMR dans le neuf imposent une pente maxi <5% si plus de 2 m de long.
<br />
Là, on est à plus de 15% sur 3m, bravo !


Phénoménal, ce responsable ne connaît que la ligne de plus grande pente c’est sûr qu’il doit attaquer les montagnes de front.
Il existe pourtant une zone non utilisée qui aurait pu être mise à profit pour l’accès piéton et qui aurait été aux normes PMR.
Il suffit de constater la zone en terre où l’herbe pousse.

Au fond du parking, une sortie pour les voitures directement sur le boulevard en forme de voie d’engagement n’aurait pas couté très cher mais aurait constitué une sécurisation immense pour les piétons. C’est ce que j’expliquais dans les solutions présentées depuis longtemps.
On m’a répondu que ça couterait cher ; combien ? Certainement moins que la route que l’on voulait me faire prendre en charge avec une pente > à 7% non respectueuse des normes PMR donc inutilisable à cette fin.

Il y a largement la place pour réaliser une rampe PMR à moindre frais de 12 m, ? 4%.
<br />
Et en même temps en plus de l?entrée à gauche, un escalier pour les valides et une sortie voitures à droite.
<br />
Mais là, on ne pouvait plus embêter le voisin !



L’école est juste en face, une fois le boulevard traversé, on peut tenir le même raisonnement pour y parvenir beaucoup plus rapidement et au plus court, en respectant les mêmes normes.
Pourtant, l’argument du responsable pour obliger les usagers à passer devant mon porche, « j’ai choisi le chemin le plus court ! »
Vous voyez, je ne peux vraiment pas discuter avec la mairie.

On peut dire que l’on m’a mis la pression et, chez moi, la meilleure défense c’est l’attaque.

Je vais donc, dans les jours qui viennent, entamer des démarches pour me permettre un accès plus aisé chez moi.
Avant même de connaître la décision du TA de Lyon, je vais demander la suppression d’une partie du garde corps qui m’empêche de sortir sans monter sur la bordure centrale du boulevard.
Je pense qu’il ‘y aura pas débat, là non plus.
Il y  a de fortes chances que j’essuie un refus, je vais donc préparer un autre recours auprès du TA de Lyon pour obtenir de sortir sans avoir à réaliser des manœuvres risquées sur une voie de circulation.
Je vais également préparer des recours pour chacune des dégradations évoquées avec les responsables et dont ils se foutent royalement (arbre qui détruit mon mur d’enceinte et remblais sans mur de soutènement qui a couché ma clôture le long du parking).

La construction aurait dû commencer le 25 janvier (3 mois après la réalisation des conditions suspensives).
Je sais que c’est cette date du 25/01 qui sera maintenant retenue et non la DOC pour le départ du délai contractuel de construction s’il devait y avoir du grabuge, mais je n’ai pas envie de bousculer tout le mode au risque d’avoir un boulot mal fait. Et j’ai la chance d’être retraité et de posséder un toit en attendant.
J’espère que je ne connaîtrai pas les déboires de nombreux forumeur quand à la qualité.
Mon fils devrait être dans sa maison neuve depuis octobre 2017.
Il n’y a que les murs, le toit et les fenêtres, il stagne avec sa femme et ses 2 enfants (2 et 4 ans) dans un 50 m² au troisième étage sans ascenseur.
C’est bourré de malfaçons et le constructeur a fait faillite et repart avec les mêmes personnes sous un autre nom pour effacer ses dettes.
Y a de quoi se faire du mouron dans le Bâtiment.

Je plains ceux qui commencent comme moi et poursuivent dans la chienlit.
Ça fout vraiment la trouille de construire pour la première fois et c’est peut-être pire pour la deuxième.

Désolé de pourrir le forum avec tous ces truc administratifs mais normalement, la construction va démarrer en mai.

Preuve d?un futur démarrage, la bande Ferrari.
<br />
Vue  vers le nord sur l?autre versant du ruisseau de Paste.



Une note d’optimisme, le printemps est là avec le ciel bleu, les lézards, les papillons…

C?est beau la nature.
<br />
L?année dernière j?ai passé la semaine à Privas avec un scorpion noir de 7 à 8 cm dans la chambre.
<br />
Depuis, ma femme en voit partout.


Un papillon magnifique, le Flambé.
Partager | Citer |
0
Paddos 
43 msg (55)
Le 06/05/2018 à 10h39
Bonjour,
 
voici ma réponse illustrée au responsable technique qui ne sait pas où réaliser une rampe d'accès au parking tout neuf.
Pourtant obligatoire dans les travaux neufs, ce détail est totalement ignoré. Pourquoi ?
Travaux neufs du parking,
<br />
Le responsable : où voulez-vous que je fasse une rampe d'accès ?
<br />
Ma réponse en illustration avec séparation des flux = sécurité.

Les usagers ne seraient plus passés devant mon porche, ils ne croiseraient plus les véhicules entrants ni sortants puisqu'ils traverseraient le boulevard au niveau du panneau miroir (mal réglé) avec un passage protégé par un feu et des coussins berlinois.
 
La visibilité serait la même qu'à l'autre passage protégé. Les feux des 2 passages protégés peuvent fonctionner ensemble (environ 30 m entre les deux) pour une même fluidité du trafic.
Le trottoir opposé reste protégé de tout autre flux.

Les seuls travaux à réaliser :
<br />
Un passage protégé par un feu tricolore,
<br />
Une sortie indépendante de parking,
<br />
Un <a href=escalier d'accès. (facultatif)." photo_id="1657709" recit="" recit_id="" auteur_id="" auteur="" />

[font=Calibri","sans-serif]Une rampe pouvait être aménagée ensuite pour les PMR pour atteindre l'école en face comme je l'ai décrit précédemment.
Toutes les infrastructures sont en place,
<br />
Le porche ne présente aucun risque.

Un escalier droit ou oblique à partir du panneau miroir permettrait un accès directe à l'école pour les valides.
 
Plus court la solution retenue ? vous êtes sûr ??
 
Moins chère ? Certainement mais pas sûr !! Parce qu'elle est improvisée et non raisonnée.
 
Autoritaires les décisions ? Qui prend son pied pour jouer au petit chef et imposer des investissements privés ?? Vous ne croyez pas que le voisin (moi), premier concerné, demandeur d'un entretien dès avril 2017 pouvait avoir des idées intéressantes ou aurait pu adapter sa construction avant des choix définitifs pour optimiser ses accès en fonction des paramètres du parking dont je n'ai jamais vu le moindre affichage de travaux ni le moindre plan.
C'est le cas typique du "moi je fais ce que je veux, les voisins je m'en fous"
 
Au nom de la sécurité ? Le parcours actuel impose aux piétons de croiser 2 fois de plus le flux des véhicules, l'entrée du parking et devant mon porche.
Le risque de passer devant le porche est retenu mais celui qu'un enfant peut être renversé par un véhicule entrant ou sortant est farouchement nié par toute l'équipe communale.
 
On a fait l'économie de la sécurité et l'on veut me faire endosser le risque encouru pour prétexter une interdiction d'utilisation de mon entrée existante séculaire.
 
On m'a interdit une sortie ultra-sécurisée (4ème photo de ce récit) pour une très mauvaise raison.

Le plan de masse :
<br />
Un portail sous porche existe déjà mais son accès représente un danger sur le boulevard. Sa hauteur de passage est limitée.
<br />
Une nouvelle entrée sécurisée sera créée qui permettra le stationnement de courte durée sans empiéter sur la  voie publique.

On a ancré un garde-corps tout le long du boulevard  pour interdire le stationnement mais surtout m'obliger à faire des manœuvres dangereuses sur celui-ci et pouvoir me dire : "vous serez responsable en cas d'accident, on vous aura prévenu". Au fait combien ça coûte un garde corps mal étudié qu'il faut raccourcir aux 2 bouts ??

La barrière installée récemment courre tout le long de ma limite.
<br />
Une entrée sécurisée dans cette zone a été acceptée puis refusée.

Et on m'impose une route à faire pour contourner inutilement un dispositif inefficace et inadapté.
Une sortie sur un parking avec une pente à 7% qui serait continuellement obstruée aux heures de pointe parce que les gens n'ont pas le temps de chercher et qu'il faut respecter l'horaire d'entrée de l'école, aller au boulot, faire manger les petits ou faire les courses avant de rentrer au bercail. Mes voisins ont connu ce problème pendant longtemps.
 
Et pour couronner le tout, on me refuse une permission de voirie et un élargissement de l'entrée pour mettre ma parcelle en situation d'enclavement.
 
Partager | Citer |
0
14 mai 2018
11:39:44

Histoire de la Parcelle :

Préparation > Administratif
Bonjour,
 
Voici quelques informations historiques sur le terrain où je projette de construire.
Elles n’apportent rien si ce n’est que des précisions sur le contexte qui peut expliquer l’attitude de la mairie.
Je n’apporte pas les preuves des faits, mais si les responsables de ForumConstruire le souhaitent, je les tiens à leur disposition.
Il n’est pas question de faire le procès de qui que ce soit, simplement aider à la compréhension.
Sans illustration, cette description est ennuyeuse et ajouter des photos d’écrits n’arrangera rien.
 
Cette parcelle appartenait à mon oncle depuis le milieu du siècle dernier.
Il en avait lui-même hérité de sa famille.
A ses obsèques, début mars 2005, j’apprends par son tuteur que cette parcelle nous revient à mes frères et sœur et moi-même.
Ma sœur l’avait sollicité pour acquérir auprès de lui cette vieille baraque de vignes de 40 m² Mais il ne souhaitait pas s’en séparer.
Il a toujours refusé de vendre à quiconque, attaché aux projets qui avaient muri avec sa femme malheureusement décédée depuis des décennies.
Il n’a pas d’enfants, mes frères et sœur ne souhaitent plus récupérer un bien si éloigné géographiquement de chez nous.
A cette époque j’ai une fille qui travaille à Toulouse-Blagnac dans l’aéronautique. Je partage avec elle, cette passion aéronautique, un métier, et une activité sportive.
Je me porte volontaire pour reprendre ce terrain qui me rapprochera d’elle, ce qui arrange tout le monde, l’état étant le plus gourmand sur l’héritage (60%).
 
En 2004, mon oncle avait plus de 93 ans, atteint de la maladie d’Alzheimer depuis plusieurs années.
En phase terminale, il vit à Paris dans un appartement avec 2 femmes colocataires.
Le 11/11/2004, un compromis de vente de cette parcelle est signé par mon oncle en présence des 2 colocataires comme témoins, sans notaire, à un prix de misère.
Le 28/11/2004, il est admis à l’hôpital, le même jour l’un des témoins imite sa signature pour prélever sur son compte plusieurs milliers d’€ au bénéfice du témoin pour la nourriture du chat, la location de voiture, ….(3 ou 4 chèques émis)
Le 02/12/2004 l’autre témoin décède (surement de mort naturelle).
Le 09/12/2004 un certificat médical établit le besoin de placement de mon oncle sous protection par la justice.
Le 28/12/2004 une ordonnance de justice initie la procédure de placement.
Le 12/01/2005 Une ordonnance de justice le place sous protection d’un mandataire spécial et révoque toutes ses signatures antérieures.
La vente ne sera jamais effective, le décès survient quelques jours après.
Le témoin restant a été condamné à restituer les sommes volées, aucune enquête pénale n’a été initiée.
Je n’ai été informé de ces évènements qu’après le décès par le mandataire spécial.
Comment le notaire d’un acheteur de bien immobilier peut il établir un compromis de vente pour celui-ci en acceptant que le vendeur, âgé de 93 ans, ne soit jamais vu par lui-même ou un autre notaire ?
Les règles déontologiques sont mises à mal.
Que des témoins, non agréés, soient requis sans le moindre contrôle, c’est la porte ouverte à tous les abus imaginables.
En réalité, je pense que des notaires ont eu vent de cette ********* qui arrangeait tout le monde puisque le vendeur n’était pas en état de se plaindre.
Des documents en ma possession prouvent que des personnes assermentées cachent des courriers liés à cette affaire.
Les responsables directs ou indirects ne sont pas tous désignés parce qu’aucune enquête officielle n’a encore été menée.
Une chose est sûre, des responsables notables ont déjà du souci individuel à se faire quand aux responsabilités, collectives pour le moment.
Mais la justice est en droit d’exiger la présentation de certains documents dont on m’a refusé l’accès.
 
L’acquéreur, d’une localité voisine de Privas, a toujours maintenu son compromis.
Il a pris des initiatives comme requérir à des témoins sans passer par son notaire.
Il avait fait établir un certificat d’urbanisme avec la position d’une maison à  construire.
 Une photo du 16/09/2005 Montre le piquetage réalisé par la commune avant la vente effective.


Il acceptait la préemption par la mairie d’une partie de la parcelle pour en faire un parking.
Une photo du 16/09/2005 Montre le piquetage réalisé par la commune avant la vente effective.


Le parking avait été piqueté en ce sens.
Les responsables des services de la mairie concernés à cette époque sont ils les mêmes qu’aujourd’hui ? Je réponds OUI en grande partie.
 
J’ai bien sûr réuni tous les témoignages qui confirment tour à tour que mon oncle vivait depuis des mois, voire des années, dans une autre époque avec d’importantes difficultés, de nombreux séjours à l’hôpital et des problèmes comportementaux. Il ne pouvait plus lire, écrire, entendre, se déplacer, se nourrir, encore moins gérer ses biens. Il était suivi journellement par des infirmiers et sous traitement médical incapacitant.
Malgré la fourniture de certains de ces documents, l’acquéreur continue de maintenir le compromis de vente sans toutefois faire appel à la justice pour le finaliser.
Il s’est encore manifesté quand il a vu l’affichage du permis de construire, sans but précis, en me faisant savoir qu’il demandait à voir le PC à la mairie.
Il est même venu sur le parking voisin pour se faire rappeler à mon bon souvenir.
 
En 2012 la ville a tenté de faire passer mes parcelles du statut de constructible à zone à urbaniser.
Mon intervention auprès du commissaire enquêteur a réduit cette situation à une seule parcelle puis la totalité a été maintenue constructive par une autorité supérieure contre l’avis du conseil municipal.
Le PLU, approuvé en 2013, maintenait la situation comme je l’avais souhaité.
La mairie de Privas m’a proposé en 2013 puis 2015 d’acheter ma parcelle, ce que j’ai toujours refusé.
J’avais un projet d’aménagement de la vieille baraque de vigne dès 2005 pour finaliser le projet de mon oncle et me rapprocher de ma fille. Elle est malheureusement décédée fin 2006 dans un accident de la route. Pour elle, tous les projets que nous avions en commun aboutiront, certains me comprendront.
 
On comprend mieux, à la lecture de ces informations, l’attitude de la ville à mon égard, cela peut expliquer un esprit revanchard qui fait dire à certains responsables que ma sortie par le porche est dangereuse, sans même décrire précisément de quel type de danger il est question, ni prendre conscience que le danger, sous entendu, a été induit par la ville elle-même qui n‘a pas réfléchi à d’autres solutions possibles. La mise en place de tracasseries et contraintes de plus en plus gênantes vise à me faire renoncer à mon projet, il m’en reste à décrire, ce qui sera bientôt fait.
Les solutions présentées précédemment prouvent que les justifications sont de pures inventions.
J’ai invité la ville de Privas à apporter des précisions sur la description des dangers et à apporter les corrections qui s’imposent dans les structures.
Sinon, il ne sert à rien de me chatouiller, on risque d’induire des réactions incontrôlables une fois que des services officiels seront saisis.
 
Le harcèlement administratif est maintenant flagrant. A mes multiples courriers privés ou officiels, il n’est jamais répondu par écrit de façon motivée pour s’opposer aux projets.
Seule une vague « sécurité publique » est évoquée. L’atteinte à la sécurité n’est pas établie. C’est la même chose pour ajouter des clauses aux PC. La ville a une obligation de motivation.
Pourtant obligation est faite aux services de motiver « « précisément » » les clauses ou refus des documents officiels et de répondre officiellement par écrit et non par une simple information orale.
Attendre la fin de délai pour mettre la pression sur les demandeurs est là aussi une pratique courante.
Cela intéressera hautement la commission gouvernementale qui a en charge l’étude de la révision des procédures d’obtention des PC, permission de voirie et déclarations de travaux.
 
En effet, la loi Macron (article 108) est déjà venue modifier ainsi l’article L 424-3 du Code de l’urbanisme :
« Lorsque la décision rejette la demande ou s'oppose à la déclaration préalable, elle doit être motivée.
Cette motivation doit indiquer l'intégralité des motifs justifiant la décision de rejet ou d'opposition, notamment l'ensemble des absences de conformité des travaux aux dispositions législatives et réglementaires [...] »
Dorénavant, la commune doit indiquer de manière explicite l’ensemble des motifs de refus de l’autorisation d’urbanisme.
La commune est alors tenue par les motifs qu’elle a opposés, et ne peut en invoquer d’autres.
 
Que les responsables des services de la mairie qui engendrent par la négligence de leurs obligations, des retards dans la réalisation des travaux, sachent qu’ils risquent d’être tenus pour responsables dans le dépassement des délais de construction inscrits aux CCMI si leurs refus d’accorder les demandes officielles ne sont pas motivées avec la précision requise, en rapport avec les obligations d’urbanismes précises.
La ville de Privas décroche le pompon dans ce domaine.
Partager | Citer |
0
 
04 juil. 2018
15:49:32

Terrassement, fondations.

Gros oeuvre > Terrassement
Bonjour à tous,
Après un silence de 6 semaines, j’ai d’importants changements à relater, la construction a démarré.
 
Le jeudi 24 mai dernier, j’étais en randonnée dans le massif des Vosges, coté Alsacien lorsque j’ai reçu un appel du conducteur de travaux m’annonçant le début du terrassement le lundi 28.
Mon séjour se poursuivait le vendredi dans les Vosges et dès le dimanche, je prenais la route pour l’Ardèche avec une remorque blindée d’outillage pour poursuivre l’aménagement de la parcelle et notamment réaliser la fourniture d’eau.
Depuis, j’ai passé plus de la moitié de mon temps sur le site de construction entrecoupé de court séjours à la maison.
 
Je vais donc tenter de résumer la chronologie des avancées :
 
J’étais sur la parcelle le premier le lundi 28 mai, j’étais arrivé la veille et je m’étais arrangé un petit nid avec un lit de camp dans la vieille baraque de vigne de 40 m².
Pas d’eau, pas d’électricité, beaucoup d’araignées mais de la place pour abriter tout ce dont j’avais besoin.
L'entreprise BTA



 
Le conducteur des travaux a revu les limites et avec le terrassier ont rapidement mis le matériel en action pour le terrassement.
J’aurais souhaité évoquer les VRD mais le terrassier surbooké pour le mois à venir n’a pu que se limiter à la réalisation du terrassement tout en prenant en compte mon souhait d’étudier la faisabilité d’un puits canadien si les surprises du sol le permettaient.
Ce puits canadien, à connecter à la VMC DF, c’est une option que j’envisage de réaliser moi-même si les conditions le permettent, cela dépendra de la présence de roche en profondeur sur le parcours.
Une réservation sera donc prévue pour le passage aisé d’une gaine semi-rigide de 200 mm sous les fondations.
 
J’ai donc poursuivi mon raccordement au compteur d’eau posé courant mai.
Pendant que le terrassier creuse, la fourniture en eau est installée.

 
et j’ai conçu cette réservation avec les moyens du bord pendant que les travaux commençaient.
Aucun fournisseur à Privas ne pouvant disposer en stock d’un conduit adapté à la réalisation de cette réservation, il a fallut que j’improvise.
De plus le coût de la solution suggérée par les grossistes n’était pas raisonnable avec des délais inadaptés.
La réservation bricolée doit être immobilisée et rendue résistante et au béton étanche.



Le terrassier a rapidement atteint les premières couches de roche friable, heureusement, le vide sanitaire prévu n’est que de 50 cm, un peu juste mais suffisant pour compléter avec une gaine de VMC.
Là où la roche était atteinte, c’est sous le garage et la loggia, où aucun vide sanitaire n’est prévu.
La roche est juste là

Les couches de roche friables sont décapées les unes après les autres.



Le niveau du vide sanitaire atteint, quelques traçages pour guider les tranchées à suivre.
Préparation et traçage pour creuser les fondations.

Les mesures sont prises, les diagonales sont vérifiées.

On ne le voit pas mais le conducteur de travaux est debout sur le rocher ; heureusement, la profondeur est atteinte, ici pas de vide sanitaire (garage)

Les traçages sont indispensables avant de commencer les tranchées.



Lorsqu’il a fallu creuser les fondations, la machine a été parfois mise à rude épreuve et il a fallut tout le talent du terrassier pour les réaliser en enlevant des plaques de marne de plus en plus épaisses.
Il n’a pas été nécessaire de taper dan le rocher mais à 1 m près en positionnement et quelques cm près en profondeur, il aurait fallu utiliser le brise-roche.
Ouf! la profondeur est atteinte la roche commençait à devenir consistante.



là, la roche est atteinte, la profondeur du vide sanitaire également.




Bien sûr, les tranchées n’ont pas été réalisées avec une netteté exemplaire, la roche friable se cassant de façon aléatoire mais les dimensions requises ont été atteintes avec un hors gels à 60 cm minimum et la roche atteinte pratiquement partout.[size=4][color=#000000] [/color][/size]
Les tranchées ne sont pas rectilignes à cause des roches friables qui cassent de façon aléatoire.

Mais les fondations respectent les dimensions et elles reposeront sur du solide.



Le temps était un peu menaçant mais pas de grosse pluie à déplorer.
A 18 h le terrassier pliait bagages et les tranchées commençaient à se remplir avec des pluies une partie de la nuit.
18 h, le travail est fini, le terrassier rentre, la pluie ne va pas tarder.



Il était évident que la consommation de béton allait dépasser les prévisions mais l’accrochage serait complet.[size=4][color=#000000] [/color][/size]
Il va falloir du béton pour remplir tout ça.



Le lendemain, l’équipe de maçonnerie a commencé par évacuer les déchets des fondations puis s’est attelée à réaliser leur ferraillage.
Les ferraillages sont préparés avant d'être descendus.

Les ferraillages sont descendus en position.



La réservation de fortune du puits canadien a été mise en place. Heureusement, des trésors insoupçonnés dorment dans les vieilles baraques et les ouvriers de la vigne ne carburaient pas qu’à l’eau.
Seul le diamètre 300 annelé, lui aussi récupéré, devait supporter les poussées du béton.
Pour bricoler une réservation de Puits canadien, quand les fournisseurs du coin n'ont rien à proposer, il faut se dépêcher de vider les tonneaux.



Le raccordement à l’eau a été complété avec 2 sorties, une pour les maçons et une pour moi.
Il me fallait une alimentation personnelle pour alimenter une douche solaire installée à 50 m, près de la baraque de vigne.
Détail du branchement une sortie pour les maçons, une pour la douche solaire.

La douche solaire, sans soleil, c'est la douche froide.
<br />
Avec une journée très ensoleillée, c'est la douche chaude même en ouvrant à fond le mitigeur vers l'eau froide.



Le lundi, pas de soleil donc pas de douche. Le mardi peu de soleil, donc une eau presque froide, comme l’air.
Mais ensuite j’ai pu prendre mes douches suite à des éclaircies conséquentes qui me procuraient 20 litres d’eau à 35°, pas besoin d’utiliser le mitigeur.
En faisant vite, cela suffisait.
 
L’après midi du mardi 29, la bétonnière arrivait et le remplissage commençait.
La toupie arrive.



La place ne manquait pas autour du chantier, l’implantation de la maison sur la parcelle facilitait l’accès presque tout autour.
A part là où le remblai du terrassement avait été étalé, le sol rocailleux supportait la toupie chargée.
J’avais pris soin également d’élaguer l’amandier pour supprimer les branches basses qui auraient gêné son passage.
La toupie peut se déplacer autour de la maison. Le terrain est compact
<br />
J'avais élagué les arbres trop bas.

La toupie va au plus près sans risque de s'enfoncer.

La toupie peut se déplacer autour de la maison.



Près de 19 m3 de béton ont été nécessaires.
Tout est rempli, fin du deuxième jour.

Tout est rempli, 3 toupies et 19 m3 de béton plus tard.



Le mercredi matin, les maçons sont arrivés, ils ont placé des repères.
Ils ont supervisé la réception des matériaux pour optimiser les déplacements en vue de la pose des parpaings.
La livraison des matériaux.

La livraison des matériaux.
<br />
Il faut sélectionner les emplacements.



Malheureusement, la livraison de sable a été trop tardive et devant le ciel menaçant, ils ont dû se rabattre sur un autre chantier.
La pluie est arrivée, la livraison du sable a eu du retard, les maçons sont partis sur un autre chantier.



[size=4]Le restant de la semaine, les maçons ont œuvré ailleurs, j’ai donc continué le nettoyage autour de la vieille baraque.[/size]

Dernière édition par Paddos le Ven 06/Juil/2018 10:01; édité 5 fois
Partager | Citer |
0
 
04 juil. 2018
16:01:00

Vide Sanitaire et Murs

Gros oeuvre > Elévation des murs - étage
 
Les maçons ont repris le chantier du 4 au 8 juin mais je n'étais pas sur place.
A mon retour le 10, j'ai trouvé le vide sanitaire réalisé et une bonne partie des murs avancée.
Le vide sanitaire est terminé, plus de 7 rangs de brique sont posés.

Le vide sanitaire est terminé, plus de 7 rangs de brique sont posés.
<br />
Un alignement impeccable, une horizontalité sans défaut.
<br />
Remarquable.


 

Le travail est remarquable :

 
Les réservations ont toutes été faites, sauf une pour une unité intérieure de PAC qui n’apparaissait pas sur le plan qu’avait le maçon.
Elle sera soit refaite avant la chape de remise à niveau, soit raccordée à une autre sortie si cela est possible.
Les réservations sont nombreuses.
<br />
Même pour le poêle à pellets, pourtant inexistant une arrivée d'air est prévue; c'est la loi qui l'impose.


 
Le premier rang de briques a été posé de niveau au mm.
 
En arrivant le 10 juin j’ai trouvé un affichage un peu déroutant, je ne pouvais pas entrer par le porche, des panneaux destinés aux engins empêchaient les manœuvres d’entrée-sortie, sans doute une petite erreur de signalisation.
L’accès se fait par le parking pour les entreprises.
L'accès ne se fait pas par le porche, l'entrée est déjà difficile pour une berline.


 
Le 14 juin, les maçons sont revenus et ont terminé la pose des briques, les linteaux de la porte de garage et des arches de loggia.
Les coffrets de volets roulant ont tous été intégrés et les bases pour les appuis de fenêtres sont préparées.
Les linteaux sont coulés.

Les coffres de volets roulants sont intégrés.


 
L’arase au nord a été coulée.
Vue Nord-Ouest. L'arase Nord est faite.

Vue Nord-Ouest. L'arase Nord est faite.

Façade Est.



 
A 17h30, c’est l’heure du retour des maçons à la maison, ils ne viendront pas demain vendredi.
L'heure du départ pour un long Week end festif.


 
Je rentre samedi à la maison ils termineront la semaine prochaine ce qu’il reste de maçonnerie.
En attendant j’ai de l’élagage à poursuivre.
 
Un tas de branchages compressés de 4 m de haut témoigne de la densité de la végétation sur le terrain.
J’ai tricoté des ronces de 8 à 10 m de long qui atteignaient la cime des arbres.
4 m de végétaux épineux et compressés.


 
J’ai déjà transporté 30 à 40 m3 de végétaux à la déchèterie (ronces de mures, aubépines, rosiers sauvages, pruniers sauvages, et autres piquants de toutes sortes, sans compter les frênes, …).
C’était un repère à sangliers (impénétrable, plein de nourriture naturelle et de l’eau à volonté). Le voisin a eu droit à des excursions dans sa pelouse avec arrachement de mes grillages et l’écroulement de mon mur en pierre sèche.
 
Dans la semaine du 19 au 22 juin, je suis rentré chez moi pour fabriquer le caisson étanche de l a VMC DF.
J’avais déjà découpé les panneaux au mois de mai.
 Le caisson étanche de VMC 3204 x 950 x 354.
<br />
En une seule pièce, il déborde de 80 cm à l'arrière de la remorque.

Le caisson étanche de VMC 3204 x 950 x 354.
<br />
En une seule pièce, il déborde de 80 cm à l'arrière de la remorque.


 
J’ai réalisé l’assemblage directement dans la remorque ce qui m’a permis de ranger dedans la VMC et ses accessoires que j’avais commandés 15 jours avant.
Les entretoises ne sont pas positionnées au bon endroit, elles sont seulement ajustées aux cotes, elles permettront de poser des panneaux de fermeture sous le caisson aux extrémités et de fixer un panneau d'accès sur charnières aux réglages et filtres de la VMC.
(Il faut imaginer le caisson placé retourné au plafond dans le couloir)
Le bruit de la VMC ne sera pas perceptible, ses fixations reposeront sur les fermettes en ayant pris soin de disposer des appuis en caoutchouc pour stopper la transmission d’éventuelles vibrations sonores.
Les passages de gaines seront réalisés sur place pour éviter d’éventuels problèmes de positionnement.
Les gaines semi-rigides de 75 coulisseront dans des connecteurs PVC fixes par rapport au caisson, des joints assureront leur étanchéité.
J’essaierai de vous présenter tout cela en photos au moment de la réalisation de l’installation.
Pour le transport, j’ai fixé un ensemble de feux directement sur le caisson relié avec une rallonge à la prise remorque de la voiture.
 
 
 
Pendant ce temps, les maçons ont continué le montage des murs.
Les linteaux du garage et des arches de loggia ont été décoffrés, l’arase est entièrement réalisée, les aérations du Vide Sanitaire percées, tous les coffres de volets et appuis de fenêtres posés, les socles des PAC coulés avec réservation pour eaux pluviales faite dessous.
Vue Sud-Est
<br />
La loggia.

Vue entrée de garage au Sud.

Vue Nord-Ouest.

La façade Est.

Les réservations vers les eaux usées coté Ouest.
<br />
L'accès Vide Sanitaire.
<br />
Une aération.


 
L’intérieur est dégagé des débris.
L'intérieur est dégagé des débris.

L'intérieur dégagé, vers le Sud.


 
Le 26 juin j’ai acheminé le caisson et la VMC DF vers le chantier.
Pour gagner du temps et pouvoir décharger le caisson qui fait 3204 x 950 x 354 avant la nuit, j’ai pris exceptionnellement l’autoroute à péage à Vienne.
Je me suis retrouvé bloqué 2 heures dans un embouteillage à cause d’un accident. Je hais les autoroutes, payer pour perdre son temps et ne rien voir des lieux touristiques, ça m’horripile. J’ai quand même réussi à tout décharger avant la nuit.
 
 
Voici ma cabine de douche solaire improvisée que j’installe à chaque lavage.
Même si je suis en maillot de bain, un peu d’intimité, c’est préférable, nous sommes en ville et près d’une école.
La salle de bain extérieure solaire.


 
L’élagage continue, l’arrière de la baraque de vigne est réapparu, il était même disparu du cadastre, sans doute parce qu’il était entièrement végétalisé naturellement.
Le défrichage est en cours.
<br />
De vieilles constructions réapparaissent.


 
Une zone à laquelle je ne pouvais plus accéder commence à se dégager, un autre tas de branchages a dû être érigé.
Le défrichage est en cours.
<br />
Il faut reconquérir le territoire abandonné aux sangliers.


 
Il y a encore du boulot et ce qui a été fait à l’été 2017 doit être repris avant de retrouver un repère à cochons. Les ronces ont repoussé de 3m cette année parce qu’il a beaucoup plu.
Normalement, cette semaine, la charpente devrait être livrée et la semaine suivante il est prévu l’intervention du menuisier.
La mise hors d’air et hors d’eau serait elle pour ce mois ci ?
[size=4]A suivre donc prochainement.[/size]
Partager | Citer |
0
 
5 personnes
surveillent ce récit
Suivre ce récit

"Maison pour la retraite à Privas"

Accueil du projet Sommaire du projet Photos du projet Derniers messages Partager
Paddos Auteur : Paddos
Localisation du projet Lieu de la construction :
FRAuvergne-Rhone-AlpesArdeche Privas Voir sur une carte
Informations sur le projet Informations sur le projet :
Type de travaux : Construction neuve
Type de construction : Plain pied
Style : Contemporaine / classique
Label énergétique : RT2012
Surface habitable : 85m² (4 pièces)
Superficie terrain : 3297m²
Informations sur le projet Constructeur du projet :
Maison des Compagnons
Roussillon (38)
Raccourci internet du récit Raccourci internet

En rapport avec cette page :

Devis construction de maisonArtisan
Devis construction de maison
Demandez, en 5 minutes, 3 devis comparatifs aux professionnels de votre région. Gratuit et sans engagement.
Comment trouver des avis pertinents sur un constructeur ?
Comment trouver des avis pertinents sur un constructeur ...
Les guides vous aident à y voir plus clair sur la construction.
Les 10 maisons les plus extraordinaires des membres de Forum Construire
Les 10 maisons les plus extraordinaires des membres ...
L'équipe de Forum Construire sélectionne pour vous les plus belles photos des membres et du web.

Autres récits de construction :

  • toit monopente bac acier
     07  Toit Monopente Bac Acier
    Voici les photos de notre projet maison
    Ardeche Par treynaud 153 mess.
  • maison moderne
     07  Maison moderne
    Apres de nombreux rebondissement dans notre vie cette derniere annee nous nous retrouvons a faire construire dans le jardin de mes parents Notre projet: ...
    Guilherand (Ardeche) Par colila 453 mess.
  • notre derniere petite maison pratique et confortable cr
     07  Notre derniere petite maison pratique et confortable ( CR )
    Plusieurs adjectifs pour cette maison , derniere car nous n'avons pas l'age de recommencer ...... nous avons eu 4 maisons , nous avons fait construire ...
    Ardeche Par shou 631 mess.
  • autoconstruction drarik 07200 travaux exterieurs
     07  Autoconstruction Drarik (07200) - Travaux extérieurs
    Je viens de commencer mon site internet pour vous permettre de suivre mon avancement de ce qui sera une autoconstruction. http://pagesperso-orange.fr/drarik-maison/ ...
    Fons (Ardeche) Par Drarik 408 mess.
  • maison de plain pied en ardeche
     07  Maison de plain pied en Ardèche
    Depuis le temps qu'on en reve, c 'est enfin parti Une maison de plain pied de 117m sur notre terrain en Ardeche meridionnale
    Ardeche Par MXU07 66 mess.
  • autoconstruction d une petite mob passive en ardeche
     07  Autoconstruction d'une petite MOB passive en ardèche
    Bonjour a tous Bienvenue sur notre recit, endroit ou nous allons essayer de presenter et dexpliquer pas a pas la construction de notre petite maison, ...
    Ardeche Par Yukilas 34 mess.
  • en route pour l aventure en ardeche avec maison vestale
     07  En route pour l'aventure en Ardèche avec Maison Vestale
    Bonjour, Apres avoir obtenu notre deuxieme CDI on peut enfin se lancer dans l'aventure. Nous vivons actuellement dans un appart, mais apres avoir eu ...
    Villeneuve De Berg (Ardeche) Par Flyrokette 65 mess.
Voir