Architectes des Bâtiments de France et autorisations d'urbanisme

Rubrique "Permis - autorisations (Assurances et administratif)" - Mis en ligne le jeudi 19 novembre 2009

Dépendant d’un Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine (SDAP) placé sous l'autorité du préfet, l’Architecte des Bâtiments de France (ABF) est un fonctionnaire de l’état du corps des Architectes et Urbaniste de France investi de missions de service public de préservation de monuments et de conseils.

Ce guide propose de retracer les grandes lignes de ses interventions en matière de consultation sous l'angle unique de la délivrance d’autorisations d’urbanisme.

DEVIS PERMIS DE CONSTRUIRE
Demandez 3 devis comparatifs en 5 minutes aux professionnels de votre région !
Gratuit et sans engagement.

Les domaines consultatifs de l'ABF

L'ABF doit nécessairement être consulté à l’occasion de la délivrance d’une autorisation d’urbanisme (permis de construire, d’aménager, de démolition, déclaration préalable de travaux ou de division) ainsi que lors de la délivrance de certificats d’urbanisme opérationnels.

Les quatre grands secteurs d’intervention de l’ABF

Les sites inscrits et classés (au titre de la protection de l'environnement)

Le fondement juridique des sites inscrits et classés figure au code de l’environnement respectivement aux articles L341-1 et L341-2.

Le site classé n'est généralement pas constructible (à la différence du site inscrit) ; l'autorisation d'urbanisme relève de la compétence du préfet en ce qui concerne les déclarations préalables ou du ministre de l'environnement s’agissant des demandes de permis ;

L’ABF n’a donc pas de compétence directe en la matière, l'accord étant donné par le préfet qui a lui-même préalablement recueilli son avis.

Mais s’agissant d’un site inscrit, la consultation de l'ABF doit être effectuée pour tout projet de modification ou de destruction.

Les secteurs sauvegardés

L’ABF a pour mission de veiller (après avoir participé à leur élaboration) à la protection des secteurs sauvegardés. Il tient cette mission du code de l'urbanisme (article L313-2 du code de l'urbanisme).

Ce ne sont donc plus des considérations de protection de m'environnement mais des considérations urbanistiques qui motivent son intervention en ce domaine.

La zone de visibilité d'un immeuble inscrit ou classé au titre des monuments historiques (ou d'un parc ou d'un jardin classé ou inscrit ne comportant pas d'édifice)

Le code du patrimoine en ses articles L621-30-1 et suivants  fixe le périmètre de 500 mètres autour d’un tel monument dans lequel l’ABF est compétent.

Ce périmètre peut néanmoins être étendu après accords des communes concernées et enquête publique.

Les zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP)

C’est une nouvelle fois le code du patrimoine qui dote l’ABF d’un rôle consultatif dans la délivrance d’autorisations d’urbanisme (article L 642-3).

L'avis de l'ABF est donc ici, comme en matière de protection des immeubles inscrits ou classés au titre des monuments historique, fondé sur la nécessité de protection du patrimoine.

A noter : le récolement des travaux, qui rappelons le est obligatoire en cas d'un projet sousmis à l'avis de l'Architecte des Bâtiments de France, devra se faire en liaison avec lui lorsque les travaux autorisés concernent un immeuble inscrit au titre des monuments historiques, sont situés dans un secteur sauvegardé ou encore, sont situés dans un site inscrit ou classé.

La procédure de consultation

La demande d'avis

Lorsque l'avis de l’ABF est requis dans les sites, secteurs et zones précédemment évoqués, un dossier (de demande ou de déclaration) est adressé par les soins du maire (qu'il soit ou pas l'autorité compétente) dans la semaine qui suit le dépôt.

Le demandeur doit à cet effet fournir un exemplaire supplémentaire complet de sa déclaration ou demande destiné à l'ABF.

Il appartient à l'ABF d'informer le service instructeur des pièces manquantes (dans la mesure où elles figurent dans la liste exhaustive des pièces à fournir) de façon à permettre la notification des pièces manquantes dans le délai d'un mois du dépôt du dossier (faute de quoi le délai d'instruction ne saurait être interrompu).

Dans tous les cas évoqués la consultation reste obligatoire. Aucun caractère facultatif n'est attaché à l'avis simple comme on pourrait le penser.
Dès lors, le défaut de consultation est susceptible d'entacher d'illégalité  la décision qu'elle soit favorable ou pas.

Les délais

Par défaut, le délai offert à l'ABF est d'un mois pour faire parvenir son avis.

Le principe supporte néanmoins quelques exceptions:

  • Deux mois lorsque la demande concerne la démolition d'une construction située dans un secteur sauvegardé, dans le champ de visibilité d'un monument historique ou dans une zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager.
  • Deux mois lorsque la demande de permis de construire ou d'aménager porte sur un projet situé dans un secteur sauvegardé dont le plan de sauvegarde et de mise en valeur a été approuvé ou dans une zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager
  • Deux mois lorsque le projet est situé dans un site inscrit ou classé
  • Quatre mois lorsque la demande de permis de construire ou d'aménager porte sur un projet situé dans le périmètre de protection des immeubles classés ou inscrits au titre des monuments historiques, dans un secteur sauvegardé dont le plan de sauvegarde et de mise en valeur n'est pas approuvé.

A défaut de réponse dans le délai imparti, l'avis sera réputé favorable sauf pour les cas particuliers prévus à l'article R424-2 du code de l'urbanisme d'un projet faisant l'objet d'une évocation par le ministre chargé des sites ou par le ministre chargé des monuments historiques et des espaces protégés et du projet portant sur un immeuble inscrit ou un immeuble adossé à un immeuble classé au titre des monuments historiques.

Les caractères de l'avis

L'avis de l'ABF doit être suffisamment et correctement motivé. Ainsi, l'ABF doit s'attacher dans son avis :

  • à retranscrire l'étude de la comptabilité du projet avec la ou les protections poursuivies
  • à ne motiver sa décision qu'au regard de la protection recherchée (impossibilité de motiver avec des arguments autres que ceux relevant de sa compétence)
  • à être clair afin qu'aucun aspect de son avis ne soit sujet à interprétation
  • à exclure de son avis toute motivation basée uniquement sur l'insuffisance ou absence de qualité du projet

La notification de l'avis

A l'autorité compétente

La notification doit être effectuée dans les formes habituelles de l'administration. Dans les faits, l'usage du recommandé semble ne pas être systématique.

Au demandeur

Dans le cas particulier des permis (de construire, d'aménager, de démolir), l’ABF a en outre l'obligation d'adresser (*) une copie de son avis lorsque celui-ci est défavorable ou assorti de prescriptions au demandeur et de lui faire savoir qu'en conséquence de cet avis, il ne pourra pas se prévaloir d'un permis tacite.

(*) il n'est pas prévu de notification par lettre recommandée avec demande d'avis de réception, ce qui donne matière à contestation. En pratique, les ABF s'attachent souvent la preuve au moyen d 'un pli recommandé. Le défaut de communication de l'avis (défavorable ou favorable mais assorti de prescriptions) au demandeur n'est pas de nature à faire naître un permis tacite mais engage la responsabilité de l'administration (à la condition que le préjudice soit démontré).

 

 

La valeur de l'avis

Les différents avis

Selon le domaine concerné par la demande d’autorisation les avis de l’ABF peuvent revêtir des forces contraignantes différentes.

L’avis simple

Il doit être impérativement sollicité et reçu par l’autorité compétente. Cet avis n’a pas de force contraignante, l’autorité chargée de la délivrance de l’autorisation pouvant parfaitement passer outre l’avis mais en engageant sa responsabilité (de n’avoir suivi l’avis) en cas de recours contentieux.

L’avis conforme (ou accord)

L'autorité compétente est cette fois liée par l'avis émis sauf en cas d'avis illégal.

A noter : le ministre concerné a la faculté de se substituer à l’ABF sans qu’il importe de différencier les avis simples des avis conformes

 

Les formes des avis

Dans les sites inscrits au titre de l’environnement :

  • avis simple pour des travaux de construction ou modification
  • avis conforme pour des travaux de démolition

Dans les secteurs sauvegardés

La terminologie du code de l’urbanisme n’est pas anodine puisque les articles L312-2 et R423-54 emploient le vocable « accord » ce qui traduit un avis conforme de l’ABF

Dans la zone de visibilité d'un immeuble inscrit ou classé au titre des monuments historiques :

  • avis conforme  en cas de covisibilité (*)
  • avis simple en l’absence de covisibilité (*)

Il appartient à l'ABF, pas à l'autorité compétente, de déterminer s'il y a covisibilité ou pas et donc avis conforme ou pas.

Dans les zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP)

La loi du 2009-967 du 3 août 2009 est venue changer la force de l’avis (disposition figurant initialement dans une loi du 23 janvier 2009 retoquée par le conseil constitutionnel)

  • avis conforme de l'ABF avant l’entrée en vigueur de la loi
  • avis simple de l'ABF depuis l’entrée en vigueur de la loi

(*) Précision importante : la covisibilité existe entre deux bâtiments lorsqu'ils  sont visibles ensemble d'un endroit quelconque (y compris en dehors du rayon de 500m) ou que l'un soit visible depuis l'autre (il n'est donc pas nécessaire que les deux bâtiments soient visibles l'un de l'autre).
Si l'ABF ne se prononce pas sur la covisibilité , l'avis sera réputé simple, la covisibilité ne se présumant pas.

Les recours

Un recours contre l’avis de l’ABF peut s’exercer lorsque cet avis été rendu en application des réglementation suivantes :

  • champs de visisbilité d'un édifice inscrit oui classé au titre des monuments historiques
  • secteur sauvegardé
  • ZPPAUP


Dès lors, aucun recours contre l'avis n'est possible dans les sites inscrits ou classé au titre de la protection de l'environnement

Le recours de l'autorité compétente à l'encontre de l'avis  (Article R423-68 du code de l'urbanisme)

L'autorité compétente pour la délivrance de l'autorisation  a la possibilité d'engager un recours contre l'avis rendu auprès du préfet de région (commission régionale du patrimoine et des sites)

Le recours doit être adressé au préfet de région par lettre recommandée avec demande d'avis de réception dans le délai d'un mois à compter de la réception par l'autorité compétente de l'avis émis par l'architecte des Bâtiments de France.

Le préfet de région adresse notification de la demande dont il est saisi au demandeur, ainsi qu'au maire lorsque celui-ci n'est pas l'auteur de la saisine.

Le préfet de région émet après consultation de la section de la commission régionale du patrimoine et des sites un avis qui se substitue à celui de l'architecte des Bâtiments de France.

L'avis du préfet de région est notifié au maire et à l'autorité compétente pour délivrer le permis ainsi qu'au demandeur.

En l'absence de réponse dans le délai de 3 mois le recours est réputé rejeté.

 

Le recours du demandeur ou du déclarant (Article R424-14 du code de l'urbanisme)

Le demandeur ou le déclarant, s'il n'a pas directement la possibilité de contester l'avis rendu par l'ABF, peut former un recours devant le préfet de région pour les refus fondés sur un avis défavorable de l'ABF. Dès lors, il doit au préalable attendre la notification de la décision défavorable (refus ou opposition).

Le recours est à introduire par lettre recommandée avec demande d'avis de réception auprès du préfet de région dans le délai de deux mois à compter de la notification de la décision.

Le préfet de région adresse notification de la demande dont il est saisi au maire et à l'autorité compétente en matière de permis

Comme en matière de recours par l'autorité compétente, le préfet de région émet après consultation de la section de la commission régionale du patrimoine et des sites un avis qui se substitue à celui de l'architecte des Bâtiments de France et l'avis du préfet de région est notifié au maire et à l'autorité compétente pour délivrer le permis ainsi qu'au demandeur.

Là encore, en l'absence de réponse dans le délai de 3 mois le recours est réputé rejeté.Les dispositions des premier et deuxième et cinquième à septième alinéas de l'article R. 423-68 sont applicables au recours du demandeur.

Si le préfet de région, ou le ministre chargé des monuments historiques et des espaces protégés en cas d'évocation, infirme l'avis de l'architecte des Bâtiments de France, le maire ou l'autorité compétente doit statuer à nouveau dans le délai d'un mois suivant la réception du nouvel avis.

Le tableau synoptique


Forme de l'avis  Délai d'instruction
(hors autre consultation nécessaire)
Sites inscrits au titre de l’environnement
. Avis simple pour les constructions ou les modifications
. Avis conforme pour les démolition
PC: 5 mois maximum (dont 2 mois maximum pour l'avis)
DP: 2 mois (dont 1 mois pour l'avis)
CU opérationnel : 3 mois
Secteurs sauvegardés
Avis conforme PC: 3 mois maximum (dont 2 mois pour l'avis) sauf si le plan de sauvegarde et de mise en valeur pas encore approuvé : 6 mois
DP: 2 mois (dont 1 mois pour l'avis)
CU opérationnel : 3 mois
Zone de visibilité d'un immeuble inscrit ou classé au titre des monuments historiques
. Avis conforme si covisibilité
. Avis simple à défaut de covisibilité
PC: 6 mois maximum (dont 4 mois maximum pour l'avis)
DP: 2 mois (dont 1 mois pour l'avis)
CU opérationnel : 3 mois
Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP)
. Avis conforme avant le 3/08/2009
. Avis simple depuis le 3/08/2009
PC: 5 mois maximum (dont 4 mois maximum pour l'avis)
DP: 2 mois (dont 1 mois pour l'avis)
CU opérationnel : 3 mois
 

Ce guide vous est présenté par :

Comparez ! Recevez 3 devis expert en bâtiment aux experts en 5 minutes !
Outillage, décoration, équipement ... jusqu'à -50% chez Bricoprive.com

Les commentaires des membres :

Donnez votre avis sur ce guide :
jmh43 
2 messages (34)
Le 05/12/2010 à 18h39
Bonjour,

Une association de défense de l'environnement, ayant un agrément préfectoral, peut-elle effectuer un recours contre un avis de l'architecte des bâtiments de France? Précisions : 1. l'agrément est ancien (plus de dix ans antérieur à l'avis contesté), 2.Le recours en question s'exercerait contre un avis favorable délivré par l'ABF pour un projet, que l'association conteste fortement vu sa proximité avec un monument inscrit.
Si quelqu'un a une réponse sur cette question, merci de la communiquer (éventuellement directement par e-mail).
0
Djpiou 
404 messages (60)
Le 18/07/2012 à 19h03
Bonjour,

et si les ABF sont favorable à un projet... le maire également... mais que la DDE refuse ?....

Wink
0
angeck 
89 messages (91)
Le 16/11/2013 à 12h31
Bonjour,

Si je comprends bien une maison dans une zone batiment de france correspond forcément à un des points. Mon PC indique que je suis en site inscrit.

J'ai installé un abris de jardin de moins de 5m² donc d'après le site vosdroits.service-public je n'ai pas de déclaration à faire car ils ne parlent que de site classé ou sauvegardé, c'est juste ?

Merci.
0

Postez un commentaire :




   

En rapport avec ce guide :

A consulter sur ForumConstruire.com.
Annuaire des constructeurs - QuelConstructeur.com vous permet d'envoyer votre projet aux constructeurs de votre région gratuitement
Devis expert en batiment - Demandez, en 5 minutes, 3 devis comparatifs aux professionnels de votre région. Gratuit et sans engagement.
Devis construction de maison
Devis permis de construire
Devis étude thermique
Devis maître d'oeuvre
Trouvez le crédit au meilleur taux - Trouvez le meilleur taux pour votre crédit immobilier en comparant plus de 100 banques.
Guide : réussir sa remise de clés - Les guides vous aident à y voir plus clair sur la construction.
Guide : le test d'infiltrométrie
Les crédits d'impot
Guide : Que faire en cas de malfaçon ?
Guide : diviser son terrain
Trouvez une Dommage Ouvrage au meilleur prix - Découvrez les outils et services exclusifs de ForumConstruire.com
Forum "Administratif et financement" - Dans le forum, posez vos questions, consultez celles des autres, entraidez-vous.
Forum "terrain"

Autres guides :

Autres guides dans la même catégorie.

94 commentaires - Cette étape est vraiment l'aboutissement du projet d'une vie, la maison imaginée depuis des années et là et s'ouvre à vous. Les personnes qui sont quant à elles passées par un maitre d'œuvre ou un architecte auront toujours eu leurs clés, cette étape concerne celles qui sont passées par un constructeur (CCMI), qui lui n’est aucunement obligé de vous donner les clés pour une raison d’assurance. L'émerveillement et la joie sont souvent au rendez-vous mais attention à ne pas commettre d'erreurs et à toujours se laisser de la marge de manœuvre. Comment alors réussir cette étape cruciale ? ForumConstruire vous donne les clés !  

Affichage des autorisations d'urbanisme

7 commentaires - Cela fait quelques mois que vous l'attendiez et finalement le jour est  arrivé où vous jouissez enfin de l'autorisation d'urbanisme nécessaire à votre projet. Il vous tarde de commencer les travaux mais avant cela, il est nécessaire de procéder sans attendre à l'affichage de cette précieuse autorisation sur le terrain du projet. Cependant depuis la réforme d’octobre 2007, qui a consacré la refonte des autorisations d’urbanisme, quelques aspects des règles d'affichage des autorisations d'urbanisme ont été retouchés. Nous vous proposons de faire le point dans ce guide sur le droit désormais applicable en matière de publicité des autorisations d'urbanisme afin que l'affichage de votre permis ou de votre déclaration préalable qui sera mis en oeuvre soit exempt de critiques.

Assurances et garanties

7 commentaires - Si sur le papier la construction d’une maison s’organise sans souci, sur le terrain, il arrive que les choses se compliquent. Afin de palier aux éventuelles déconvenues qui surviendraient pendant la construction, ou dans les dix années suivantes, la loi impose toute une série de protections. Garantie de livraison, garantie de parfait achèvement, garanties biennale, décennale, contractuelle ou assurances dommage… Comme dit le dicton, à chaque problème, une solution !

Autorisations travaux

2 commentaires - Ce petit guide à l'intention des particuliers recense les principales opérations dispensées de formalité et classe les opérations les plus courantes par type d'autorisation. Sont volontairement omises les opérations de l'état et des collectivités territoriales, les opérations de constructions temporaires, sportives, de loisirs ou encore d'utilité publique et généralement toutes les opérations n'ayant pas vocation à être réalisées pour le compte d'un particulier ou assimilé. (Enumérations et classements réalisés à partir du Livre 4 du code de l'urbanisme  - Régime applicable aux constructions, aménagements et démolitions)

CCMI

206 commentaires - Afin de protéger les particuliers des professionnels douteux, la loi du 19 décembre 1990 impose à chaque constructeur de souscrire avec son client un Contrat de Construction de Maison Individuelle. Le CCMI est obligatoire, dès lors que le terrain n’appartient pas au constructeur et que celui-ci est en charge de la réalisation d’un ou deux logements, destinés au même acquéreur. Véritable protection pour les maitres d’ouvrage, le CCMI offres des garanties de livraison, de prix et des délais.

Certificat urbanisme

0 commentaire - L’importante réforme du permis de construire et autres autorisations d’urbanisme qui est entrée en vigueur le 1er octobre 2007 n’a pas épargné le certificat d’urbanisme et ce malgré le fait que celui-ci ne constitue pas une autorisation d’urbanisme (il s'agit d'un acte administratif). Ce nouveau certificat d’urbanisme, qui a emprunté beaucoup au certificat de l’ancien article L410-1 du code de l’urbanisme, comporte néanmoins des innovations majeures tant en ce qui concerne ses effets juridiques comme l’avènement du certificat d’urbanisme tacite ou le maintient des dispositions applicables à la date de la délivrance (et plus seulement celles mentionnées dans le certificat comme par le passé) qu’en ce qui concerne l’allongement du délai de validité du certificat. Il est donc important de se familiariser avec le nouveau certificat (qui reste double comme sous l’ancien régime) afin d’en appréhender les nouveautés qui ne sont pas dénuées d’intérêts pour le demandeur puisque, comme l’esprit de la réforme, elles procèdent d’une volonté du législateur, de simplification, d’efficacité et de sécurisation. Il est à noter que comme précédemment, le certificat d'urbanisme ne constitue en aucun cas un préalable obligatoire à une demande d'autorisation d'urbanisme.

Conformité de la construction

21 commentaires - L'objectif de ce guide est de décrire brièvement la question de la conformité et de la régularité de travaux effectués, du quitus donné par l'administration ou au contraire des sanctions attachées à la non-conformité ou à l'irrégularité de travaux.

Déclaration préalable de division

5 commentaires - A côté des terrains à bâtir issus de lotissement soumis à permis, coexistent désormais les terrains à bâtir de lotissements « simplifiés » que constituent ceux provenant de division foncière par voie de déclaration préalable. La variété juridique des terrains à bâtir a donc été, héritage de la réforme des autorisations d’urbanisme entrée en vigueur le 1er octobre 2007, complétée de cette nouvelle catégorie de terrain à bâtir, à mi-chemin de celle des quelques terrains en secteur diffus (ceux qui ne nécessitent pas d’être détachés) et de celle des nombreux terrains de lotissements d’aménageurs publics ou privés. Il n’est pas inutile de faire le point sur les spécificités de cette nouvelle espèce de terrain à bâtir tant la déclaration préalable de division est mal comprise par le grand public et mal maîtrisée par la plupart des professionnels au nombre desquels figurent en bonne place les notaires.

Déclaration préalable travaux

16 commentaires - La catégorie des déclarations préalables occupe une place particulière au sein des autorisations d’urbanisme. A la différence de la catégorie des permis, l'administration dispose davantage d'un droit de regard et d'opposition sur des travaux ou aménagements de faible importance envisagés par un déclarant qu'un droit d'autorisation à proprement parler. La déclaration préalable de travaux constituant l'une des déclarations de cette catégorie particulière, en suit logiquement le régime juridique.  

Diviser terrain

16 commentaires - Vous avez votre maison sur un terrain dont vous souhaitez vendre une partie, ou bien vous souhaitez acheter un bout du terrain d’un particulier? Il faut alors se tourner vers la division de terrain. Opération possible à partir de 300m2, cela reste assez complexe du fait des réglementations… Un architecte, un géomètre, notaire, etc pourront vous aider dans cette démarche. Et bien sur ForumConstruire vous aide également !

Dommage ouvrage

97 commentaires - Lorsque l’on investit son temps et ses économies pour réaliser le projet immobilier de ses rêves, souscrire ou non une assurance Dommage Ouvrage devient un vrai dilemme. Obligatoire légalement, le maitre d’ouvrage qui fait le choix de s’en passer n’est pourtant soumis à aucune sanction. Considérée comme une caution supplémentaire, cette assurance reste néanmoins relativement chère. Alors, faut-il ménager son budget au risque d’assumer seul en cas de malfaçons ?

Malfacon

20 commentaires - La construction est une aventure merveilleuse, compliquée, et qui peut être assujettie à d'éventuels problèmes. Même si vous êtes 88% à être satisfait de votre constructeur, certains d'entre vous pensent être victime de malfaçons. Qu'est-ce qu'une malfaçon exactement ? Comment cette situation est-elle encadrée ? Vers qui se tourner ? Réponses.

Ne pas tromper panneaux photovoltaiques

47 commentaires - Vous vous apprêtez à signer un contrat pour une pose de panneaux solaires ou vous venez de le faire. Vous souhaitez être sûr de la transaction et ne pas vous (faire) tromper. ForumConstruire vous éclaire sur la conformité des contrats et la législation en matière de panneaux photovoltaïques.
Voir